|

La paroisse Sainte-Adèle recherche des donateurs

Par Éric-Olivier Dallard

Au printemps 2008, la Fabrique de la paroisse Sainte-Adèle a décidé de remplacer le vieil orgue électronique de l’église, lequel devenait de plus en plus difficile, sinon impossible, à entretenir.

Pourquoi un orgue à tuyaux?

La technologie des orgues à tuyaux remonte très loin dans l’histoire. Chaque orgue est un ouvrage d’art en soi. Il peut être entretenu et adapté aux circonstances nouvelles, car il est le fruit du travail de l’artisan, un peu comme un violon. Il n’y a pas de vieillissement technologique et les réparations n’exigent pas qu’on retrouve des pièces rares ou disparues des catalogues.

Par contraste, les appareils électroniques vieillissent vite: il faut essayer de faire réparer un téléviseur ou un récepteur radio de plus de 30 ans pour se rendre compte que cela devient, sinon impossible, du moins très difficile et dispendieux. Si l’électronique de l’an 2000 est loin de celle de 1970, que sera celle de 2030?

Pourquoi un orgue Casavant?

Depuis 1880, c’est-à-dire depuis l’époque des frères Casavant, le Québec a été une pépinière importante de facteurs d’orgues. La maison Casavant existe toujours à Saint-Hyacinthe et elle fabrique des instruments qu’on peut entendre sur plusieurs continents.

La paroisse Sainte-Adèle a eu la bonne fortune de trouver un Casavant de 1932 portant le numéro 1469. Il a été en service continu depuis cette date, bien entretenu par les religieuses Adoratrices du Précieux-Sang qui l’avaient fait construire pour leur monastère. Qui plus est, l’organier qui s’en occupait depuis plus de 25 ans, M. Gilles Chouinard, était disponible pour le démonter à Trois-Rivières, le transporter à Sainte-Adèle et le ré-installer selon les désirs de la paroisse! Quant au prix d’achat, les religieuses se sont montrées très peu gourmandes.
Équiper de cet orgue l’église de Sainte-Adèle répondait donc à trois objectifs: accompagner la liturgie, accroître les ressources culturelles du milieu et contribuer à préserver un bijou du patrimoine québécois.

Combien d’argent faut-il?

L’ensemble du projet coûtera, à son terme, environ 35 000$. À ce jour, les dons reçus totalisent un peu plus de 16 000$. La paroisse espère réunir le reste de la somme en offrant aux paroissiens et aux autres citoyens que la culture intéresse la possibilité de commanditer un ou plusieurs des 628 tuyaux de l’orgue au coût de 50$ chacun. Il vous suffit d’adresser un chèque à la paroisse en mentionnant qu’il s’agit d’un don pour l’orgue.

Un reçu aux fins de l’impôt vous méritera un crédit fiscal auprès des deux gouvernements. Les fidèles et les visiteurs apprécieront le chant et la musique et vos descendants vous sauront gré d’avoir préservé ce morceau du patrimoine québécois!

NOUVELLES SUGGÉRÉES

0 Comments

Submit a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Ce site est protégé par reCAPTCHA et les politiques de confidentialité et conditions de service de Google s'appliquent.