La régie de l’énergie donne son feu vert

La régie de l’énergie donne son feu vert
Thomas Gallenne
Actualité

Compteurs intelligents

Hydro-Québec a reçu l’autorisation vendredi dernier de la Régie de l’énergie pour aller de l’avant avec son projet de Lecture à distance (LAD), lequel oblige le remplacement de 3,7 millions de compteurs d’électricité dans la province. Cette opération coûtera la bagatelle d’un milliard de dollars.

La Régie souligne dans son rapport que les compteurs intelligents permettent d’obtenir l’information avec rapidité et précision en cas de panne. De plus, les employés d’Hydro Québec n’auront plus à se déplacer sur les lieux. En outre, la société d’État avance que la facturation sera beaucoup plus précise car basée sur des données de consommation réelles et non estimées.

 

Plusieurs voix cependant s’élèvent contre ce projet à commencer par l’organisme Option consommateurs qui dresse le spectre du dérapage financier d’un tel projet.

 

Le Syndicat des employés de techniques professionnelles et du bureau d’Hydro-Québec (SCFP-2000), avance quant à lui que le projet causera la perte de 1000 emplois.

 

Et la santé?

Malgré les inquiétudes que certains citoyens soulèvent quant aux impacts des radiofréquences sur la santé, la Régie considère qu’il s’agit là d’un projet intéressant permettant à Hydro-Québec d’améliorer ses services et son rendement.

 

Toutefois, Hydro-Québec offrira une option de retrait qui coûtera 137$ pour l’installation d’un compteur sans radiofréquences et 17$ par mois pour la relève manuelle afin de répondre aux inquiétudes sur les radiofréquences émises par les futurs compteurs intelligents.

 

Les électrosensibles déçus

Véronique Riopel, à l’origine de l’initiative Laval refuse qui lutte contre l’électropollution se dit ne pas être surprise de cette décision, mais terriblement déçue: «La décision de la Régie fait en sorte que je ne sais aucunement où je vais pouvoir habiter dans les prochaines années et je devrais peut-être bien laisser derrière moi mon travail, mon domicile, etc. Je n’ai aucun autre choix que de vivre au jour le jour et de continuer à lutter pour tenter de conserver un refuge.» Mme Riopel avance que le nombre de personnes électrosensibles qui entrent en communication avec elle ne cesse d’augmenter et ajoute qu’elle compte poursuivre sa campagne de sensibilisation. «Avec des bénévoles, on a distribué environ 2000 dépliants et deux conférences sont prévues, une à Laval le 23 octobre et une à Montréal, le 29. Nous travaillons aussi au niveau politique avec les nouveaux députés provinciaux», a-t-elle ajouté.

 

 

Cliquez pour ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Thomas Gallenne

Directeur de l'information

[+] Plus dans Actualité

X