|

La Ville demande l’aide de la Sûreté du Québec pour sécuriser les Chutes Sainte-Marguerite

Par Production Accès

La Ville de Sainte‐Adèle a fait appel à la Sûreté du Québec et au Service de sécurité incendie vendredi et samedi derniers afin d’expulser les nombreux baigneurs et visiteurs qui, en raison des grandes chaleurs, se sont massés aux abords des chutes Sainte‐
Marguerite, un lieu dont l’accès est interdit.

 

Une question de sécurité

« Le problème ne date pas d’hier, souligne la mairesse Nadine Brière, mais la situation est particulièrement problématique en ce moment, en raison de l’inaccessibilité aux piscines publiques et à d’autres plans d’eau qui, en temps normal, seraient ouverts au public. C’est une question de sécurité, non seulement pour les gens qui fréquentent les chutes et qui marchent sur des rochers parfois glissants et se baignent dans des eaux tumultueuses, mais également pour les cyclistes qui circulent sur la piste cyclable du P’tit Train du nord. Alors qu’ils croisent habituellement peu de piétons sur la piste, les cyclistes doivent, dans ce secteur, négocier le passage avec un nombre considérable de marcheurs qui se dirigent vers les chutes avec leurs glacières, chaises de parterre et autre équipement pour y passer la journée. »

Les autorités municipales déplorent également les risques de feux de forêt associés à la présence de fumeurs ou au grand nombre de visiteurs qui allument des feux de camp. En outre, certains visiteurs y font du camping, sont particu-lièrement bruyants et quittent les lieux en laissant leurs déchets derrière eux ou aux abords de la piste cyclable ou même dans le stationnement, ce qui occasionne de nombreuses plaintes de la part des cyclistes et des résidents du secteur qui subissent malgré eux les conséquences de cette fréquentation importante et illégale.

Lors des interventions réalisées pendant la fin de semaine, aucune contravention n’a été remise aux personnes qui étaient sur les lieux. L’opération, menée afin de répondre aux demandes de la corporation du P’tit Train du Nord, de la MRC des Pays-d’en-Haut et des citoyens, consistait essentiellement à faire de la prévention et à évacuer les berges de la rivière.

Des démarches accueillies favorablement

Jean-Sébastien Thibault, directeur général du P’tit Train du Nord indique que ces interventions et ces démarches sont très positives pour le parc linéaire. « Ça donne une pause à nos patrouilleurs qui ne voulaient pu mettre les pieds là. C’était trop dangereux, il y avait du monde intoxiqué », mentionne-t-il.

« Les gens qui vont aux chutes ne respectent pas les règlements du parc. Ils marchent à cinq ou dix personnes de large avec des chiens, des glacières, de la boisson. Les cyclistes et les marcheurs de ce secteur nous font des plaintes par-dessus plaintes. C’est fou », affirme le directeur général.

NOUVELLES SUGGÉRÉES

0 Comments

Submit a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Ce site est protégé par reCAPTCHA et les politiques de confidentialité et conditions de service de Google s'appliquent.