|

Le conseil municipal adélois regarde mais ne touche pas

Par Éric-Olivier Dallard

Blogue Îlot Grignon

«Je me dois de vous informer que le Conseil de ville de Sainte-Adèle a unanimement décidé de ne pas participer activement à votre blogue portant sur l’Îlot Grignon.»

Dans une lettre adressée à l’éditeur du blogue, le maire Claude Descoteaux annonce la position du conseil municipal en réponse à l’invitation lancée par le journaliste André Bérard –animateur du blogue Îlot Grignon – à appuyer cette initiative inédite en matière de journalisme civique qui fut lancée en collaboration avec Accès le 19 mai dernier. La lettre émanant du cabinet du maire nous apprend que le conseil adélois est d’avis qu’il est maintenant l’heure d’aller de l’avant dans un projet qui, estime-t-il, a fait l’objet «de nombreuses études et consultations.» La missive précise plus loin: «La responsabilité des élus que nous sommes (élus très majoritairement) est de prendre des décisions et nous sommes disposés à le faire.» Le conseil souligne toutefois:« Nous ne sommes pas fermés à toutes les idées qui puissent faire avancer ce projet très important pour le futur de notre ville; que ces idées nous soient communiquées via un blogue, une lettre, une assemblée publique ou un article dans un journal ou toute autre forme de communication, pour nous, l’important est d’obtenir l’information et de l’utiliser à bon escient.»

Précisons que la demande initiale adres-sée au maire de Sainte-Adèle ne sollicitait pas une participation active à ce carnet, mais simplement un appui à une initiative démocratique visant à informer la population adéloise concernant un important projet collectif.

Charles Garnier, préfet de la MRC des Pays-d’en-Haut, ainsi que Claude Cousineau, député de Bertrand, ont quant à eux manifesté leur appui à la mise en ligne du blogue Îlot Grignon en reconnaissant le rôle grandissant de ces nouvelles plateformes dans l’exercice de la démocratie et de l’expression citoyenne, particulièrement dans le cadre d’un projet d’envergure comme celui de la revitalisation d’un centre-ville. Ils précisent toutefois que leur position s’inscrit dans une «reconnaissance des juridictions locales» et de la «légitimité des élus adélois à réaliser ce projet.»

NOUVELLES SUGGÉRÉES

0 Comments

Submit a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Ce site est protégé par reCAPTCHA et les politiques de confidentialité et conditions de service de Google s'appliquent.