pub de recyclage
|

Le PQ et la CRÉ s’opposent au projet de réaménagement de la Porte-du-Nord

Par nathalie-deraspe

Même si le parti Québécois se dit en faveur de l’amélioration des services et des installations de la halte routière de la Porte du Nord, le caucus laurentien donne son plein appui à la Conférence régionale des élus qui par résolution, entend questionner l’augmentation d’offre de service de restauration prévue au projet.

L’automne dernier, la ministre des Transports Julie Boulet, a donné le coup d’envoi à un chantier majeur en partenariat public-privé qui prévoit la réfection de 7 aires de services disséminées sur le réseau autoroutier québécois. Dès lors, plusieurs municipalités de la région se sont concertées pour tenter de mettre un frein au projet. Selon une majorité d’élus, l’ajout de nouveaux commerces de restauration crée artificiellement une compétition aux établissements en place et vient à l’encontre de l’approche «Villages-relais» du gouvernement.

Le 10 septembre dernier, la ville de Saint-Jérôme votait une résolution en vue de s’opposer au projet. La capitale régionale était secondée par une série de municipalités limitrophes, dont Saint-Sauveur, Sainte-Adèle, Sainte-Agathe et Sainte-Thérèse.

Trop peu trop tard?

En conférence de presse lundi, le président du caucus laurentien Sylvain Pagé, a déclaré: «Ce n’est pas en additionnant plusieurs chaînes qu’on va bonifier le paysage des Laurentides». Son collègue de Rivière-du-Nord, Gilles Robert, a renchéri en soutenant que le projet n’a pas obtenu l’appui du milieu. Saint-Jérôme n’a toujours pas donné de permis de construction, fait valoir le député. Le Parc de la Rivière-du-Nord, adjacent à la halte, pourrait en outre être affecté par les nouvelles installations. Les députés se disent préoccupés par les impacts environnementaux engendrés par l’ajout de nouvelles fosses septiques à deux pas du parc. « C’est sans compter la pollution visuelle sur l’autoroute 15», d’ajouter Gilles Robert.

Cette sortie publique, faite à la demande de la CRÉ, précise Sylvain Pagé, suscite tout de même des questionnements. Le dossier n’est-il pas attaché depuis l’automne dernier? Les ententes de partenariat avec la société immobilière Immostar ont été signées en novembre et les dossiers de qualification datent de janvier 2007.
«Nous on a rencontré le directeur des Haltes routières à l’automne, indique Pierre Urquart, directeur de la Chambre de commerce de Saint-Sauveur. On en a parlé ouvertement à ce moment-là mais aujourd’hui, on a d’autres chats à fouetter: la sortie 60, l’enfouissement des fils, la 364 et l’amélioration de la signalisation au centre du village. Il y a des batailles qu’on gagne et d’autres qu’on perd.»

Un projet de longue date

Lors de l’assemblée générale annuelle de l’Institut pour le partenariat public-privé, qui se tenait le 16 février 2006, il était déjà question de la mise en place d’un nouveau réseau de parcs routiers. L’appel de qualification était prévu pour le printemps de la même année. Au MTQ, plus de 80% des dépenses affectées aux activités principales sont confiées aux entrepreneurs, peut-on lire dans le document. La résolution de la CRÉ a été adoptée le 5 février dernier. Les rumeurs veulent que les bannières Tim Horton’s et St-Hubert Express s’installent aux abords de l’autoroute 15.

NOUVELLES SUGGÉRÉES

0 Comments

Submit a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Ce site est protégé par reCAPTCHA et les politiques de confidentialité et conditions de service de Google s'appliquent.