L’école hôtelière offre un menu de cours intéressant

L’école hôtelière offre un menu de cours intéressant
Actualité

Depuis près d’un quart de siècle, l’École hôtelière des Laurentides met les bouchées double pour former du personnel qualifié dans le domaine de l’hôtellerie. Coup d’œil sur cette institution réputée.
«Ce qui a fait notre renommée, dit d’emblée Rémi Aseneault, directeur général de l’école, c’est notre cours de sommellerie et encore aujourd’hui, la qualité des repas servis en salle à manger, ce qui est tout à l’honneur des enseignants qui sont ici.»

En 1972, l’école était située à même les murs de la Polyvalente des Monts de Sainte-Agathe. Mais au tournant des années ’80, le nombre d’élèves en provenance de toutes les régions de la province ne cessait de croître, ce qui a forcé le ministère à envisager un déménagement, lequel s’effectua trois ans plus tard. L’école hôtelière est ainsi devenu le premier établissement indépendant au Québec. En 1995-1996, des investissements de l’ordre de 5 M$ ont permis d’agrandir les locaux et accueillir entre 150 et 180 étudiants par année.

Programme alléchant

Outre les cours réguliers de cuisine, boucherie, pâtisserie, service d’hôtellerie, sommellerie et boulangerie, l’école permet des échanges fort intéressants avec des partenaires du milieu, que ce soit lors des bancs d’essai annuels, où chefs et élèves concoctent de nouvelles recettes à partir de produits du terroir régional ou lors de rencontres ponctuelles avec des vignerons comme pendant la Tournée Charton-Hobbs, prévue le 22 octobre prochain.

Malgré une forte demande en cuisine et en hôtellerie en général, une problématique demeure, explique Rémi Arseneault, «La clientèle d’élèves rajeunit beaucoup et ici comme ailleurs dans les Laurentides, nous faisons face à un taux de décrochage important.» Près de tiers des élèves ne complèteraient pas leur cours.

Pour contrer ce phénomène, l’école hôtelière s’est doté d’un plan de réussite qui s’étalera de 2007 à 2010 et qui vise entre autre à promouvoir l’importance de la formation et favoriser les liens étroits avec la communauté et les partenaires. Un défi demeure. L’école doit à la fois se faire connaître davantage auprès des futurs étudiants que de développer des partenariat dans la filière touristique et ainsi contrer la compétition. Plusieurs places demeurent disponibles en cuisine, sommellerie et service de restauration pour la session d’automne. Pour les visiteurs, le service de salle à manger sera offert du mardi au jeudi sur réservations à compter du 6 novembre prochain. «C’est important pour nous d’avoir des clients, rappelle Rémi Arseneaultt. C’est une façon de plus de vérifier les compétences de nos élèves.»

Cliquez pour ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

[+] Plus dans Actualité

  • La demois’aile dévoile ses blogueuses

    École A.-N.-Morin Les 20 blogueuses sélectionnées pour le projet La deMOIs’aile à l’école A.-N.-Morin de Sainte-Adèle étaient...

  • Seconde vie

    Entretien avec Dominique Forget – Recyclerie des Matériaux Chronique affaires et économie «Un lieu sympa où acheter...

  • fin de vie : Le Grand Passage

    Et si la mort n’était pas une fin mais une continuation de la vie sous une autre...

  • Val-David : Grande marche pour le climat

    Au moment même où une grande marche aura lieu à Montréal, le samedi 10 novembre, une marche...

X