|

L’îlot Grignon… un roman fleuve

Par courrier-des

Lundi soir dernier le 15 septembre, nous avons déposé au Conseil municipal une pétition de 1100 signatures d’Adélois adultes qui s’opposent à toute nouvelle expropriation. Il n’y a pas eu d’ accusé-réception. Son honneur le Maire a glissé le document sur la table, sans commentaires et les cinq échevins présents n’ont rien dit. Oreilles bouchées, bouches cousues!

Il arrive quelquefois que celui ou celle qui préside une assemblée fait la sourde oreille, fait le sourd. La personne n’est pas sourde, pas du tout, c’est tout simplement qu’ elle ne veut pas écouter, qu’elle ne veut rien entendre. Et tout le monde sait qu’il n’y a pas de pire sourd que celui qui… Il y a un malaise profond qui s’installe entre notre Conseil et la population. Sérieux manque de transparence malgré les promesses de la dernière campagne électorale. On adopte une attitude hautaine et méprisante. Plutôt que d’écouter l’opinion du citoyen, on l’interrompt cons-tamment. On ne le laisse pas s’exprimer, on le coupe avec impolitesse… «Quelle est votre question?» «Quelle est votre question?» La délicatesse du «bulldozer»!

Les citoyens présents avaient pourtant été polis et bien élevés. Nous avions suivi sans broncher, religieusement, les quelque 40 articles de l’ordre du jour. «Qui propose? Qui appuie? Adopté!» On nous informait simplement des décisions déjà prises en comité plénier, que ce soit pour 422$ ou pour 225 000$.

Mais venue la période de questions… holà, attention!!! Ce devrait être une période de 30 minutes par mois au cours de laquelle les citoyens ordinaires pourraient s’exprimer sur les affaires municipales… NON, NON et NON…Pas d’opinions, pas de commentaires… «Quelle est votre question???»

Comment peut-on si peu de temps après avoir été élu manifester autant d’arrogance, autant de mépris pour ses concitoyens? Nos taxes à Sainte-Adèle sont les plus élevées et comme demandait un honorable citoyen: «Avons-nous les moyens de continuer à dépenser?»

Il n’y a eu aucune consultation avant la fermeture des Pentes 40/80. Il n’y a toujours pas promesse de consultation dans l’affaire de l’Ilôt Grignon. Le 15 septembre, nous avons été mal reçus au Conseil municipal. Nous dérangeons. Nos élus ont toute la vérité… et César n’écoute pas!

NOUVELLES SUGGÉRÉES

0 Comments

Submit a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Ce site est protégé par reCAPTCHA et les politiques de confidentialité et conditions de service de Google s'appliquent.