|

On commence à en jazzer!

Par yves-guezou

Bistro d’Art et Cabaret

Au menu de la soirée: un 5 à 7 dans un bistro tendance, un souper dans une galerie d’arts, un spectacle de jazz dans un cabaret. Et tout ça offert sous le même toit, ça vous tente?

Impossible pour votre serviteur de rester objectif lors de cet article: le Bistro d’art et Cabaret (c’est son nom) m’a mis le grappin dessus, je suis vendu à l’endroit! Situé rue de la Gare en plein centre de Saint-Jérôme, il vous suffit de grimper quelques marches et vous voici propulsé dans l’univarts de Sonia Thibault. Et si vous lui avouez «C’est beau chez vous», elle vous répond d’emblée «ce n’est pas chez moi ici, c’est chez vous.» L’ensemble de ce projet évolue depuis longtemps dans la tête de Sonia mais cela valait la peine d’attendre et d’apprécier aujourd’hui l’aboutissement. Concrètement, la salle de restaurant vous impressionnera par ses tables creuses recouvertes d’une vitre-vitrine, autant d’écrins pour diverses collections de bijoux, de gravures, d’accessoires de mode ou de sculptures. Aux murs, les toiles des différents artistes apportent structure et couleurs et sachez que 100% des profits de ventes vont aux artistes. Si vous prenez place au bar, vous aurez à faire face à de subtiles toiles consacrées à la musique. Observez attentivement ces toiles, elles sont pleine de surprises. Côté cabaret, Sonia a mis ses talents de décoratrice afin d’y insuffler l’ambiance surannée des caves de St Germain des Prés ou des petits music hall du Montréal des années 30: des rideaux d’un bleu sombre enveloppent entièrement la salle, la scène permet le partage, tant la distance entre le public et la musique est courte. La soirée jazz du vendredi commence à faire le plein, y aller une fois c’est forcément revenir avec des amis. La liste des invités et spectacles à venir atteste du travail effectué afin d’attirer ces pointures en ce nouveau lieu. Johnny Valenti, 74 ans et considéré comme the last reel crooner viendra bientôt fêter ses soixante ans de carrière.

Aux destinées gastronomiques du Bistro, Louis Jules Verner, se trouve à sa place en temps qu’artiste. Vous le verrez souvent en salle, venant s’enquérir de votre satisfaction ou vous faire gouter sa dernière création: «Je connais neuf sortes de cuisines du monde et il faut un cuisinier multiculturel afin de remplir cet espace multidisciplinaire, souligne-t-il. Le bistro me fournit une belle énergie pour travailler, je me fonds dans cette énergie et je donne mon meilleur tous les jours». J’ai personnellement fondu pour sa bavette de bœuf sauce aux bleuets et au fromage bleu que je mange bleue. Sonia et Louis Jules s’entendent comme larrons en foire et se complètent parfaitement: «Je voulais une fine cuisine accessible pour mon Bistro mais je n’y connais pas grand chose en gastronomie, confie Sonia. Je sais par contre ce que j’attends quand je vais dans un restaurant et j’exige le meilleur de tout le monde dans le mien». De son côté, Louis Jules vous charmera, le cheveu plaqué, la petite moustache à l’Hidalgo et vous adressant la parole dans un français chatié. Tout un personnage. Il possède cette approche de son métier fusionnant imagination et conscience: «Parmi mes règles de travail, je prône celle des trois P: propreté, ponctualité et politesse, explique Louis Jules. Mon vrai boss, ce n’est pas Sonia, c’est le client qui vient essayer ma cuisine.»

Et en matière de cuisine, la spécialité du bistro se décline en fondues L l’Italienne, on y trempe des saucisse italiennes, la Forestière et sa palette de champignons ou la Fruit de mer que vous plongerez dans un mélange de trois fromages. Autour de Sonia et Louis Jules, évolue un personnel dont la première qualité est d’être soi-même. Selon Sonia, ce n’est pas l’expérience qui compte chez elle mais plutôt la passion que les employés peuvent développer. Et c’est vrai qu’ils ont du mal à quitter l’endroit après leur travail, c’est bon signe. La philosophie du Bistro d’art et cabaret pourrait se résumer à cet adage de Sonia: «Je ne veux pas faire de mon bistro une place publique, je veux que ce soit le public qui fasse ma place.»

Bistro d’Art et Cabaret

70, rue de la Gare

Saint-Jérôme

450-431-4315

NOUVELLES SUGGÉRÉES

0 Comments

Submit a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site est protégé par reCAPTCHA et les politiques de confidentialité et conditions de service de Google s'appliquent.