|

Ottawa : Rencontre avec Marie-Hélène Gaudreau

Par daniel-calve

Une équipe du journal Accès est allée à la rencontre de Marie-Hélène Gaudreau députée fédérale de Laurentides–Labelle pour souligner les 100 jours depuis son élection du 21 octobre, à Ottawa, mercredi dernier.

Une immersion fort intéressante dans l’ambiance parlementaire et le quotidien d’une députée. Cette dernière s’apprêtait en effet à faire un aller-retour à Québec afin de commémorer l’attentat de la Mosquée de Québec, étant porte-parole en matière de Vivre-Ensemble.

« Pour moi c’est un honneur d’offrir la possibilité de venir voir un peu comment ça se passe et quel est le rôle d’un parlementaire, d’un législateur, ici, dans un bureau parlementaire », nous dit d’entrée de jeu Marie-Hélène Gaudreau.

Depuis son élection, la députée a-t-elle eu des surprises ? « Oui des belles surprises. Dans une campagne on se dépêche pour connaître les enjeux de la circonscription et ensuite on doit aussi apprendre à faire notre travail de législateur; mais j’ai pu me libérer pour pouvoir continuer à faire le tour de mon grand territoire. Et j’ai eu de belles surprises par rapport aux enjeux qui, parfois, sont différents, mais en bout de piste se ressemblent énormément. On parle par exemple de main d’œuvre, d’ainés, de logement social. Ça m’a permis de dresser en quelques mois un beau portrait. »

Les dossiers

Parmi les dossiers qui lui tiennent à cœur, tout ce qui touche le développement et qui ont un lien avec l’infrastructure. « Pour le moment, je ne peux pas en parler, car lorsqu’on parle d’un projet, on aime donner les résultats de nos recherches. Présentement il y a des projets d’infrastruc-ture, des projets au niveau de l’environ-nement. Il y a du travail qui est déjà en train d’être fait. Avant Noël, il y a eu un enjeu de sécurité publique dans la circonscription, dans une des municipalités (Amherst) qui a fait en sorte que le 31 décembre ils (premiers répondants) n’avaient plus accès à des pagettes. Tout de suite on a pris l’appel et on est allé valider ce qu’on pouvait faire. Ça me permet en même temps de prendre contact avec le gouvernement, avec mes collègues ministres. C’est une autre de mes grandes surprises que l’esprit de collaboration. »

L’environnement

Concernant l’enjeu environnemental : « Les propositions qu’on va mettre sur la table sont non seulement gagnantes/gagnantes, mais très intéressantes. Et le fait qu’on soit dans un gouvernement d’ouverture fait qu’elles ne seront pas d’emblée expulsées. L’enjeu c’est sur la date. Quand on parle de gaz à effet de serre (GES), la cible de zéro émission devra être atteinte d’ici 2050. On va travailler pour l’urgence et poser des gestes concrets. Le Bloc a six projets de loi à déposer dans cette session-ci, dont un très précis, sur les ainés, et le mien qui est de soustraire le Québec à l’application de la Loi sur le multiculturalisme canadien. »

Point de vue sur la presse écrite régionale

« C’est un outil essentiel pour le grand public. On met de l’avant toutes initiatives pour préserver notre presse. On a des rencontres qui s’en viennent pour essayer de voir ce qu’il en est au niveau de la presse régionale et de la presse nationale. Il y a une ouverture auprès du ministre (du Patrimoine canadien), Steven Guilbeault, pour revisiter ce qui peut être fait, comment serait possible un arrimage avec la presse écrite nationale versus la presse écrite en région. Il y a quelque chose d’intéressant qui pourrait permettre de la pérenniser. »

Écoutez la version intégrale de l’entrevue sur notre page Facebook

NOUVELLES SUGGÉRÉES

0 Comments

Submit a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site est protégé par reCAPTCHA et les politiques de confidentialité et conditions de service de Google s'appliquent.