|

Palmarès des urgences: La situation de l’Hôtel-Dieu de Saint-Jérôme continue de se dégrader

Par Éric-Olivier Dallard

Le palmarès des urgences publié ce mercredi démontre que de fois en fois, la situation de l’urgence de l’Hôpital régional de Saint-Jérôme se détériore. En trois ans, l’établissement a glissé de B+ à C-.

Le nouveau directeur général de l’établissement, François Therrien, corrobore les affirmations du ministre Couillard. À l’instar des autres hôpitaux de la province, l’Hôpital régional doit faire face à une clientèle de plus en plus âgée. Ces bénéficiaires exigent davantage de soins et une prise en charge accrue qui alourdit selon lui, le passage à l’urgence. L’an dernier seulement, cette clientèle formait 4 300 patients de plus qu’en 2006. Résultat, le temps d’attente sur civière est désormais de 16,30 heures. Cela même avant de voir un médecin.

L’entente de services qui permet le détournement d’ambulances de l’hôpital de St-Eustache vers Saint-Jérôme n’aide en rien ces piètres performances.

L’établissement a dû accueillir 930 véhicules de plus cette année, une affluence accrue de 10%. «Quand on a des problèmes à l’urgence, cela influe en aval et en amont», avance François Therrien. En plus de la gestion des lits à l’interne, l’hôpital a à travailler au niveau des références de soutien à domicile. À ses yeux, il faut donc envisager une solution multiple.

Soulager l’urgence

En janvier dernier, l’hôpital a mis en place une clinique d’insuffisance cardiaque afin d’assurer le suivi des patients au prise avec des problèmes cardiovasculaires. L’établis-sement espère ainsi leur éviter autant que possible une visite à l’urgence. Dès lundi, un nouveau programme de gériatrie permettra d’intégrer dans ce département névralgique une équipe d’évaluation formée d’une infirmière pivot, d’un travailleur social, d’un médecin et de personnel en réadaptation. «Il ne faudrait pas que ce bulletin porte om-brage au personnel qui jour après jour travaille de connivence pour trouver des solutions à la crise», de dire François Therrien. Il n’empêche, malgré le vieillissement de la population, certains hôpitaux arrivent à se démarquer par des résultats améliorés. Dans les Laurentides, l’ensemble des établissements obtiennent des performances égales ou en deçà de celles de l’année dernière. La meilleure note pour la région a été attribuée au Centre hospitalier de Mont-Laurier, qui obtient une note égale à celle de 2007, soit B-. Mercredi, l’urgence de l’Hôpital régional de Saint-Jérôme était achalandée à 97%, contre 175% pour Argenteuil.

NOUVELLES SUGGÉRÉES

0 Comments

Submit a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Ce site est protégé par reCAPTCHA et les politiques de confidentialité et conditions de service de Google s'appliquent.