|

Prêtre ou député, Raymond Gravel veut aider les gens

Par Éric-Olivier Dallard

Conférencier invité au cocktail bénéfice du Bloc Québécois dans le comté de Rivière-du-Nord, le député Raymond Gravel a expliqué avec simplicité que d’une vocation à l’autre, sa mission demeurait la mê-me: venir en aide aux gens dans le besoin.

Plus d’une centaine de personnes se sont rassemblées mardi à la micro-brasserie Dieux du ciel de Saint-Jérôme, pour renouveler leur appui au Bloc Québécois et s’entretenir avec le député de Repentigny, Raymond Gravel. Le responsable du dossier des aînés à la Chambre des communes a fait état des derniers développements de son projet de loi sur le Supplément de revenu garanti, une allocation destinées aux personnes âgées qui gagnent moins de 15 240$ par an. Le projet, qui en est à sa deuxième lecture en Chambre, préconise l’inscription automatique et la rétroactivité du programme (jusqu’à concurrence de 11 mois) et prévoit une bonification de 110$ par mois. Cette mesure permettrait aux personnes âgées démunies d’atteindre le seuil de faible revenu. En outre, Raymond Gravel souhaite que les personnes en couple puissent bénéficier de la même allocation durant six mois suite au décès de leur conjoint ou conjointe. «La pleine rétroactivité coûterait 3,2 G $ pour l’ensemble du pays. Ça peut sembler beaucoup d’argent, a déclaré Raymond Gravel, mais quand on sait que le gouvernement s’apprête à injecter un autre 96 G $ pour les militaires, on se dit que les personnes âgées valent plus qu’un char d’assaut et des mitraillettes», une déclaration encouragée par des applaudissements. Au Canada, 135 000 personnes auraient droit à l’allocation, dont plus de 42 000 au Québec. Raymond Gravel estime être en mesure de défendre pleinement son projet de loi en comité parlementaire et espère pouvoir corriger ce qu’il qualifie d’iniquité. Récemment, le Bloc Québécois a distribué une carte explicative du supplément de revenu garanti à tous les ménages. «Le téléphone ne dérougissait pas», a lancé la députée de Rivière-du-Nord, Monique Guay. Outre les pétitions et nombreux appels lancés aux associations de personnes âgées, les bloquistes entend réclamer plus de logements sociaux de la part d’Ottawa. «Il y a 3 G$ de surplus à la Société d’hypothèque et de logements et dans mon comté, il y a des listes d’attente de cinq ans. Il faut qu’Ottawa fasse sa part.» Mardi, l’ex-prêtre n’a pas manqué de commenter les récents propos d’Alain Dubuc, qui demande aux souverainistes de «laisser tomber les armes». «Ce n’est pas tout de dire qu’on est une nation. Il faut être à Ot-tawa pour voir combien les gens nous méprisent, a-t-il indiqué. La nation québécoise n’est pas juste un mot. On a fait des tests pour voir s’il y avait du contenu derrière ce mot-là et il n’y en a pas. On est 3% de francophones en Amérique du Nord et si on ne fait pas attention, le français va finir par disparaître.»

NOUVELLES SUGGÉRÉES

0 Comments

Submit a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Ce site est protégé par reCAPTCHA et les politiques de confidentialité et conditions de service de Google s'appliquent.