pub de recyclage
(Photo : Félix Mercier)
Hotel-Chanteclerc
|

Une partie de l’hôtel le Chantecler démolie sous peu

Par Luc Robert

Une page importante de l’histoire adéloise sera tournée sous peu, alors que le propriétaire de l’hôtel le Chantecler entame des travaux de démolition partielle et de rénovation, à l’édifice construit en 1938.

D’autres permis pourraient être émis plus tard, afin de procéder à l’établissement d’un éventuel projet immobilier, sur les terres des montagnes 1 à 4, aussi propriétés de M. Jacques Dutil.

« Pour le moment, les permis se limitent à la démolition partielle et à la rénovation de l’hôtel. La phase 2 de construction est à l’étude et d’autres étapes sont à franchir avant de poursuivre le projet », a détaillé la mairesse de Sainte-Adèle, Mme Nadine Brière.

Les permis requis pour cette première étape de transformation de l’édifice ont été émis par la Ville de Sainte-Adèle, la semaine dernière, permettant ainsi le début des travaux.

« C’est un moment très émouvant pour plusieurs Adélois, moi la première », a témoigné Mme Brière, qui a elle-même travaillé à l’hôtel dans sa jeunesse. « Cependant, puisque le projet respecte en tout point la règlementation municipale et le zonage, la Ville ne pouvait aucunement s’interposer et freiner cette démarche qui, au final, revitalisera de façon significative l’industrie touristique de Sainte-Adèle », a-t-elle poursuivi.

Fermé depuis 2018, « l’hôtel avait depuis longtemps besoin de rénovations majeures, a souligné la Ville dans un communiqué, afin de correspondre aux goûts d’une clientèle exigeante, où des complexes hôteliers beaucoup plus modernes et adaptés à ce que recherchent les touristes et les villégiateurs se sont multipliés dans les Laurentides, notamment à Mont Tremblant. »

Projet en deux temps

Le projet du Chantecler sera déployé en deux phases distinctes. La première, d’une valeur évaluée à 30 M $, consistera à convertir l’hôtel en résidence pour personnes retraitées multiservices, le Lux Gouverneur. Pour ce faire, l’entrepreneur prévoit démolir environ le tiers de l’hôtel (la section administrative et le coin-terrasse) et rénover la partie préservée (section Châteauneuf), notamment en apposant un nouveau revêtement.

Au final, ce projet d’envergure devrait se réaliser sur plusieurs années. Il représente un investissement de 350 M $ et générera des retombées économiques et touristiques pour la Ville de Sainte-Adèle.

Sentiers plein-air

L’annonce du projet a semé l’inquiétude parmi les adeptes de plein air, qui arpentent les tracés boisés du Chantecler, hiver comme été. « Il faut comprendre que les travaux ont seulement lieu à l’hôtel. Ils n’empêchent pas les utilisateurs de continuer à fréquenter les sentiers. Nous avons revu notre entente annuelle avec le proprio, M. Jacques Goupil, en juin 2021. Je comprends qu’il s’agit d’une corde sensible, pour les Adélois », a poursuivi la mairesse.

Plein Air Sainte-Adèle (PASA) a abondé dans le même sens au sujet des derniers développements.

« Bonne nouvelle pour les amateurs de plein air d’hiver, cette annonce ne change pas le statut du réseau du Chantecler, pour la saison froide qui débute : fatbike, ski et raquette seront de retours très bientôt », a souligné le nouveau président de l’organisme, M. Robin Gauthier-Ouellette.

Suggestion

Dans notre édition du 11 juin 2019, la mairesse Brière avait expliqué que « nous pouvons préserver un maximum de 10 % (du secteur) aux fins de parcs. Il est donc clair qu’il faudra relocaliser le réseau de sentiers rapidement et c’est la volonté du conseil municipal. »

Pour sa part, M. Gauthier-Ouellette y est allé d’une suggestion. « Avec cette annonce, il est primordial pour PASA de poursuivre le développement du réseau de sentiers, dans le nouveau parc du Mont Loup-Garou (…). Cela dit, l’organisme est convaincu que la conservation d’un réseau de sentiers dans les futurs développements immobiliers de M. Goupil, au Chantecler, pourrait augmenter la valeur de ses terrains, aux yeux d’éventuels acheteurs. Conséquemment, PASA serait heureuse de faire bénéficier de son expertise à M. Goupil, dans le domaine de la création et l’entretien de sentiers à Sainte-Adèle. »

Le journal a laissé des messages au bureau de M. Jacques Goupil, à son bureau de Montréal, qui sont demeurés sans retour.

Dénomination historique

La Ville aurait souhaité que l’hôtel soit reconnu comme bâtiment patrimonial mais, à la suite de son analyse, le comité municipal du patrimoine n’a pas retenu la bâtisse, « malgré son attrait exceptionnel, autant d’un point de vue architectural qu’historique, en raison des nombreuses transformations subies au fil des ans et des rénovations requises pour remettre le bâtiment en état. »

L’hôtel a été construit en 1938 et était évalué à 8 M $ à l’époque. Il comprend 135 chambres, 17 salles de réunion et 35 appartements pour des séjours de longue durée. En 1998, la chaîne hôtelière Hôtels Gouverneurs a acquis l’auberge et la station de ski du Chantecler.

NOUVELLES SUGGÉRÉES

0 Comments

Submit a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Ce site est protégé par reCAPTCHA et les politiques de confidentialité et conditions de service de Google s'appliquent.