Un casino à Tremblant: Une solution pis-aller au Ludoplex

Un casino à Tremblant: Une solution pis-aller au Ludoplex
Actualité

Devant le peu d’intérêt suscité par les Ludoplex de Québec et de Trois-Rivières, Loto-Québec fait volte-face à Tremblant et transforme le bâtiment déjà en construction en casino. Ironie du sort, la nouvelle a dû être reportée de quelque jours, suite au suicide d’un joueur en détresse.

La Chambre de commerce et le bureau touristique de Tremblant voient dans cette annonce une plus-value dans l’offre touristique de la région. En 2005, un groupe de travail s’était penché sur la question même si trois ans plus tôt, une pétition circulait pour interdire quelque projet en ce sens. Le président et chef de la direction de Loto-Québec, Alain Cousineau, a affirmé que l’ouverture du casino de Trem­blant n’augmentera pas pour autant l’offre de jeu de la région. Celui-ci a voulu se faire rassurant quant à la crainte des citoyens qui croient à tort que l’ouverture d’un casino aboutit à une hausse de criminalité. «On a de l’expérience, lance le président de Loto-Québec. Ça fait 15 ans qu’il y a un casino à Montréal et la criminalité n’a pas augmenté pour autant.» En conférence de presse, le maire Pierre Pilon a affirmé qu’il n’a pas senti le besoin de faire une consultation publique. «Vous savez, nous sommes une petite municipalité de 9 000 personnes. On connaît notre monde», a-t-il lancé. Le député de Labelle, Sylvain Pagé, a pour sa part exigé que l’Agence évalue les impacts du casino dans les années à venir. «S’il le faut, on pourrait exiger une tenue vestimentaire stricte, pour éliminer une partie de la clientèle à risque». Le ministre du Développement économique et du Tourisme, Raymond Bachand, considère qu’il s’agit d,une bonne décision. «Quand on regarde ce que propose Tremblant, avec un aéroport situé à 35 minutes d’ici pour accueillir les touristes américains, le casino complète l’offre.» La directrice de l’Agence de santé et des services sociaux des Laurentides, Blandine Piquet-Gauthier, demeure prudente. «Je ne suis pas sûre que le projet soit bien en selle et ça m’inquiète qu’on veuille s’ajuster à la demande. Est-ce que ce sera tout le temps ouvert comme à Montréal? Le Ludoplex proposait 300 appareils de loterie vidéo, le casino en aura 400. En plus, il y aura 140 places de jeu. On se retrouve donc avec 590 places au lieu de 300. Et même si Tremblant pense attirer 65% de clientèle touristique, il reste encore 35% de gens de la région.» L’Agence tentera désormais de faire interdire la fidélisation des clients, la vente d’alcool sur place, la présence de guichets automatiques, en plus de limiter les heures d’ouverture et d’obliger la société à exiger une tenue vestimentaire impeccable. «Les travailleurs d’entretien, les laveurs de vaisselle, les femmes de chambre, ce sont eux les clients à risque. Quand tout est disponible, à protée de main, le joueur ne veut pas quitter sa machine. La plupart du temps, quand ils arrivent au Pavillon André-Boudreau, ils ont déjà perdu leur femme ou leur mari, leur emploi et leur maison.» Le président d’Intrawest, Charles Massicotte, promet de s’arrimer aux programmes de Loto-Québec pour faire en sorte que ses 1 400 employés ne succombent pas au piège du jeu.

Cliquez pour ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

[+] Plus dans Actualité

  • La demois’aile dévoile ses blogueuses

    École A.-N.-Morin Les 20 blogueuses sélectionnées pour le projet La deMOIs’aile à l’école A.-N.-Morin de Sainte-Adèle étaient...

  • Seconde vie

    Entretien avec Dominique Forget – Recyclerie des Matériaux Chronique affaires et économie «Un lieu sympa où acheter...

  • fin de vie : Le Grand Passage

    Et si la mort n’était pas une fin mais une continuation de la vie sous une autre...

  • Val-David : Grande marche pour le climat

    Au moment même où une grande marche aura lieu à Montréal, le samedi 10 novembre, une marche...

X