pub de recyclage
Louis-Dufour-1
|

Un pionnier du ski s’éteint

Par Simon Cordeau

Le président du conseil d’administration des Sommets, Louis Dufour, est décédé samedi, 19 février, de complications à la suite d’un AVC. Il avait 80 ans. Il laisse dans le deuil sa famille, ainsi que des milliers d’employés et d’amis.

« Les Sommets a eu la chance d’avoir au sein de sa direction 50 ans de passion et d’amour du ski en la personne de Louis Dufour. Profondément attristés, la direction et les employés les Sommets accompagnent la famille de M. Dufour dans cette triste épreuve. Ils peuvent être assurés du support de nous tous dans la poursuite de son œuvre », peut-on lire dans le communiqué de l’entreprise, qui a annoncé la nouvelle.

Les Sommets : une affaire de famille

« C’est un choc. C’est déstabilisant, la perte d’une icône et d’une personne, qui a été un pilier dans l’industrie du ski, au Québec du moins, sinon au Canada », confie Louis-Philippe Hébert, président et chef de la direction des Sommets.

Louis Dufour était de l’équipe du Mont-Saint-Sauveur (devenu Les Sommets en 2016) depuis sa fondation au début des années 1970, par Jacques Hébert, père de Louis-Philippe. Avec le temps, l’entreprise est devenue une affaire familiale. « Les trois fils de Louis ont des postes de direction, chacun dans le domaine qui leur plait. David est directeur des opérations, Christian est directeur du marketing pour l’ensemble des stations, et Éric s’occupe du Sommet Gabriel en plus de chapeauter tout le volet immobilier pour l’entreprise », explique Louis-Philippe Hébert.

David Dufour nous parle d’un mentor, d’un père authentique, simple et vrai. « Mon père détestait les flaflas. » Natif de Sainte-Adèle, d’un père italien et d’une mère anglaise, Louis Dufour va livrer les pâtisseries de son père dès l’âge de 8 ans. Il demeurera un travailleur acharné toute sa vie. Sa plus grande fierté, nous confie son fils, était d’avoir travaillé avec ses trois enfants et de leur léguer un fleuron québécois.

Au bout du fil, M. Hébert cherche les mots pour bien décrire M. Dufour, qui avait son bureau juste à côté du sien, et qui prenait part aux grandes décisions de l’entreprise. « Il avait de si grandes qualités qu’il n’avait pas de défauts. […] C’était un monsieur d’une honnêteté exemplaire, d’une grande sensibilité et d’un très grand charisme. Il était passionné par le ski, et par le souci du détail. Il répétait toujours : « The devil is in the details. » [NDLR : Le diable est dans les détails.] »

 

Louis Dufour avec ses trois fils.

Communauté en deuil

Lundi, la communauté sauveuroise était encore ébranlée par la disparition soudaine de M. Dufour. « C’est une grande tristesse. C’était un pionnier ici. J’ai appris ça aux petites heures samedi matin, avec stupéfaction. Son départ va laisser un grand vide », a réagi le maire de Saint-Sauveur, Jacques Gariépy.

M. Gariépy souligne l’apport exceptionnel de M. Dufour dans le développement de la région. « Souvent on se rencontrait, on parlait de la situation économique de Saint-Sauveur et des Pays-d’en-Haut. Il avait une belle vision du développement des montagnes et du développement immobilier. C’était un homme chaleureux, qui aimait beaucoup son village de Saint-Sauveur », a-t-il continué.

Le maire indique que le conseil municipal, qui se réunit lundi soir, adoptera une résolution pour rendre hommage à M. Dufour, et que les drapeaux de la ville seront en berne pour marquer son départ.

Pierre Urquhart, directeur général de la Chambre de commerce et tourisme Vallée Saint-Sauveur, ne tarit pas d’éloges non plus. « C’était un grand homme. La région lui doit beaucoup, la vallée surtout, avec tous les développements qu’il a faits et en rendant les montagnes accessibles à l’année. »

M. Urquhart se souvient de son esprit positif, de sa bonne humeur et de sa collaboration. « C’est lui qui m’a rendu fier de ma vallée. Je l’ai tatouée sur le cœur, mais jamais comme lui », confie-t-il.

 

Distinctions

Louis Dufour était aussi un ex-membre de l’Équipe nationale de ski du Canada et récipiendaire de nombreux prix, dont le Canadian Skiers of Distinction, décerné par le magazine Ski Canada, le prix Réal Boulanger et la Personnalité de l’année 2003, remis par l’Association des stations de ski du Québec.

Pionnier du ski, M. Dufour a été intronisé au Temple de la Renommée du ski des Laurentides en 1994, pour souligner non seulement son implication, mais aussi sa passion pour le sport. « Passionné de ski et de compétition dès son plus jeune âge, Louis Dufour saisit l’occasion en 1971 de revenir à ses premiers amours en se joignant à l’équipe de marketing du Mont-Saint-Sauveur. À cette époque, le centre de ski est encore assez rudimentaire, mais Dufour reconnaît le diamant brut. Il saura en exploiter le plein potentiel et en faire un modèle d’affaire pour toutes les stations du Québec. Le succès du Mont-Saint-Sauveur apporta du même souffle un nouvel élan à l’extérieur du pavillon 70 au Sommet Saint-Sauveur et à son centre-ville, aujourd’hui un joyau des Laurentides », peut-on lire sur le site web du Musée du ski des Laurentides.

Des funérailles publiques seront tenues jeudi, 24 février, à 13h00, au chalet principal du Sommet Saint-Sauveur. Une descente aux flambeaux est prévue à 22h00 en son honneur. Les gens sont invités à regarder du village. La station fermera à 21h. 

NOUVELLES SUGGÉRÉES

0 Comments

Submit a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Ce site est protégé par reCAPTCHA et les politiques de confidentialité et conditions de service de Google s'appliquent.