Pascal Thibeault

Pascal Thibeault
Valérie Maynard
Culture

Du rêve américain aux Pays-d’en-Haut

Sa guitare sur l’épaule, il a roulé sa bosse sur les routes des États-Unis pendant une décennie à la poursuite du rêve américain. Installé dans les Laurentides depuis une quinzaine d’années, Pascal Thibeault prend aujourd’hui plaisir à découvrir la culture québécoise. L’été dernier, il a même prêté ses traits à un bûcheron du siècle dernier, le temps de tourner quelques scènes dans la télésérie Les Pays-d’en-Haut.

« Maintenant que j’ai découvert des auteurs québécois et toute la richesse de la culture francophone en général, je me demande comment j’ai pu passer à côté pendant si longtemps. Comme si j’avais vécu une vie en parallèle », constate celui qui après tant d’années passées sur les routes, à voyager dans son autobus de band, savoure aujourd’hui la quiétude de son environnement.

Pascal Thibeault parle avec un brin d’émotion de son expérience de tournage dans Les Pays-d’en-Haut. « Il fallait vraiment se battre dans ce temps-là pour sa survie. Mais ce qui m’a touché le plus, c’est de comprendre que ma maison de Sainte-Adèle vient de cette époque. La maison de Séraphin était dans ma cour. Il aurait été mon premier voisin! », s’exclame-t-il.

Reste qu’incarner un bûcheron ne s’est pas révélé de tout repos pour celui qui cumule les plateaux de tournage depuis quelques années (LOL, Toute la vérité, Au secours de Béatrice, 19-2, La théorie du K-O). « Le tournage pour Les Pays-d’en-Haut s’est déroulé l’été passé… sauf que nous, les bûcherons, on était habillés comme en hiver, avec des combines de laine! Je peux vous dire qu’il faisait pas mal chaud! », rigole-t-il, somme toute heureux d’avoir contribué à la création de cette télésérie.

Studio Talent Laurentides

Après avoir vécu la vie de rock star dans un band (Pascal Thibeault a remporté le concours Music Plus à l’émission Solid Rock, pour le meilleur guitariste, en 1990), après avoir sillonné l’Amérique dans tous les sens et s’être donné sur scène, soir après soir, avec ses groupes Rebels cross et Brick, et produit quatre albums, Pascal Thibeault demeure passionnément un auteur-compositeur-interprète et opère son studio d’enregistrement — Studio Talent Laurentides, situé à Sainte-Adèle.

« Je vis en ce moment mes plus beaux moments créatifs, tant sur les plateaux de tournage que dans mon studio », confie-t-il.

Depuis quelques années, Pascal s’est aussi développé de nouveaux talents. Il est notamment photographe de casting et fait également de la formation auprès des jeunes au théâtre Royal, à Saint-Jérôme. Il partage avec eux sa passion pour la musique, la musique rassembleuse, celle qui donne envie de chanter la vie. « Aujourd’hui, j’écris en français. C’est nouveau pour moi. Et je suis content et fier de constater que la grande majorité des jeunes avec qui je travaille, je dirais au moins 90 %, chantent en français », termine-t-il.

Cliquez pour ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

[+] Plus dans Culture

X