(Photo : Archives)
Les pentes de ski de Saint-Sauveur à Tremblant pourraient être utilisées.
|

Le CDESL favorable à une candidature laurentienne

Par Luc Robert - Initiative de journalisme local

Le Conseil du Développement de l’Excellence Sportive Laurentides (CDESL) encourage la création d’une coalition visant à obtenir les Jeux d’hiver du Canada de 2031.

Le directeur général de l’organisme, M. Christian Côté, travaille fort en coulisses afin de réunir les appuis nécessaires de plusieurs villes, afin de monter un dossier complet.

« Il est encore tôt, mais on a commencé à solliciter des municipalités pour présenter une demande commune de candidature. Le tour du Québec devrait normalement revenir en 2031 pour leur présentation et on verra où ça nous mène », a-t-il esquissé.

M. Côté est conscient que les hausses de coûts de l’inflation se feront de plus en plus sentir, pour l’organisation d’une telle compétition d’envergure.

« Il faut que nous ayons une vision régionale. Mirabel, Saint- Jérôme et Blainville affichent ensemble plus de 200 000 habitants, alors que les Pays-d’en-Haut, Sainte-Agathe et Tremblant possèdent des infrastructures idéales. Il faudra miser sur nos forces complémentaires, pour présenter un projet régional bien ficelé », a-t-il évoqué.

« De nos jours, pas une ville ne pourra présenter seule les Jeux du Canada dans les Laurentides. Si l’Outaouais a Gatineau comme tête de proue, la Mauricie-Trois-Rivières, l’Estrie-Sherbrooke et La Capitale nationale-Québec, nous devons miser ici sur nos installations étalées, comme l’Aréna de la Rivière-du-Nord, le Centre sportif des Paysd’en- Haut, les pentes de ski de Saint-Sauveur à Tremblant, les pistes de ski de fond de Morin-Heights et de Saint- Jérôme, etc. Le regroupement nous donne une bonne chance d’être considérés. »

Le CDESL entend jouer un rôle unificateur dans la démarche sportive.

« Nous avons une personne responsable au suivi des programmes sportifs jusqu’à Mont-Laurier, pour assurer une cohésion régionale. Nous avons de plus des politiciens locaux favorables aux sports, en Marc Bourcier à la mairie de Saint-Jérôme et Xavier-Antoine Lalande à la tête de Saint-Colomban et de la MRC-RDN. Nous avons de très bonnes cartes à jouer dans notre jeu. J’aimerais qu’on envisage minimalement une candidature solide », a plaidé M. Côté.

À Saint-Jérôme, M. Bourcier est demeuré prudent. « Nous en sommes à l’étape des discussions préliminaires entre villes. C’est un beau projet, qu’on regarde, mais il dépendra de beaucoup de considérants : les Jeux d’hiver du Canada représentent un défi beaucoup plus colossal que celui de 2014, quand Saint-Jérôme avait misé pour tenir les J eux du Québec de 2017. Nous ondes positives vont d’ailleurs à la mairesse de Blainville, Mme Liza Poulin, qui présente actuellement la candidature pour les Jeux du Québec de 2026. Blainville acceptera-t-elle ensuite de se joindre à une candidature régionale pour les Jeux du Canada ? Laissons le temps faire son oeuvre : c’est un projet embryonnaire », a-t-il commenté.

À la MRC-RDN, le Préfet Lalande reste ambivalent. « On verra ce que mes collègues penseront de l’idée, au caucus des maires de ce mercredi. Les connaissants, je ne suis pas sûr qu’ils seront chauds à l’idée. Nos efforts sont concentrés sur des projets à court et à moyen terme. C’est particulier comme idée, parce que personne ne sait où on en sera dans neuf ans. Ça dépendra si le CDESL veut seulement un soutien à ce moment-ci. On a pas d’idée en termes du budget que cela représenterait. »

NOUVELLES SUGGÉRÉES

0 Comments

Submit a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site est protégé par reCAPTCHA et les politiques de confidentialité et conditions de service de Google s'appliquent.