(Photo : Boris Beyer)
Nathan Sterckx se forme le caractère, avec une saison remplie de hauts et de bas.
|

Nathan Sterckx a traîné une blessure toute l’année

Par Luc Robert - Initiative de journalisme local

Le spécialiste des courses d’enduro Nathan Sterckx connaît de son propre aveu une saison en dents de scie, résultat d’une blessure au poignet qui l’a incommodé pendant l’entièreté du calendrier 2022 de vélo de montagne.

L’athlète de 20 ans se trouvait en fin de semaine dernière au Killington Bike Park, au Vermont, en route pour ses dernières compétitions de la saison.

« Je me sens mi-figue, mi-raisin, présentement. Ma saison 2022 a été remplie de hauts et de bas. Jumelée à cela une fracture au poignet (près du pouce), qui n’a jamais totalement guéri et vous avez les ingrédients parfaits pour manquer de motivation », a lancé en entrevue téléphonique le Prévotois, qui revenait du New Hampshire.

C’est qu’à chaque fois qu’il croyait être redevenu au sommet de son art, la malchance s’est acharnée sur lui.

« Après trois mois de guérison, à la suite d’une chute au camp d’entraînement, je suis retombé et la fracture s’est ouverte à nouveau. Résultat : je n’ai pris part qu’à deux Coupes du monde, terminant 56e à Burke et 46e à Sugarloaf USA (à Carrabassett Valley). J’ai aussi manqué plusieurs épreuves au calendrier. Je vais terminer les quatre courses régionales qui restent à mon horaire, mais je vais avant tout tâcher de guérir en vue de la campagne de 2023 », s’est résolu l’athlète de l’écurie RST-Enduro.

Stercks a tout de même gardé un bon souvenir de l’épreuve de Sugarloaf.

« Les conditions étaient humides et le parcours était frais. Ce n’était pas le tracé le plus physique, mais il contenait plusieurs secteurs techniques à gérer. J’estime m’en être quand même bien tiré, après mes longues périodes d’inactivité. »

Le coureur de la catégorie Open-Pro entend travailler sur l’aspect mental, pour améliorer sa condition durant l’entre saisons.

« Physiquement, ça va maintenant bien. Il faudra que je modifie mon approche, que je travaille sur moi. Il faut que je revienne au sommet de ma forme mentale, à temps pour mars 2023, alors que s’ébranlera la prochaine saison d’enduro. Mon état physique m’a empêché de compétitionner en Europe en 2022. J’évalue que ma saison 2022 est tombée à l’eau et je trouve ça vraiment plate pour ma progression parmi les athlètes adultes. »

Affaire de famille

Nathan Sterckx peut tout de même se consoler au Vermont. Sa jeune soeur l’accompagne pour plusieurs segments de calendrier.

« Gabrielle a 14 ans et elle figure bien. Elle suit mes traces et est bien entourée par mes parents. On a souvent voyagé ensemble. »

La principale intéressée n’en est pas à ses premières armes. « J’ai déjà participé à des épreuves américaines et j’en apprends à chaque présence au sud de la frontière. Je me spécialise en descente, où je trouve qu’il y a le plus de défis. Je poursuis aussi ma progression », a souligné celle qui étudie à Deux-Montagnes.

Pour sa part, Nathan Sterckx a développé ses habiletés au MSS Bike Park, à Saint- Sauveur. Il a complété son cours du secondaire au programme sport-études vélo de montagne, à la Polyvalente de Saint-Jérôme.

NOUVELLES SUGGÉRÉES

0 Comments

Submit a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Ce site est protégé par reCAPTCHA et les politiques de confidentialité et conditions de service de Google s'appliquent.