(Photo : Archives)
Jonathan Trudel et plusieurs intervenants cogitent sur l’avenir du hockey laurentien.
|

Un nouveau concept pourrait prendre forme

Par Luc Robert - Initiative de journalisme local

Une rencontre historique entre les intervenants du monde du hockey des Laurentides est survenue la semaine dernière, afin d’échanger sur une possible réorganisation et intégration maximale de hockeyeurs en un seul lieu.

Pour le moment, les dirigeants du Centre de services scolaire de la Rivière-du-Nord (CSSRDN) n’ont pas encore été mis au parfum de la démarche, mais à terme, elle pourrait impliquer tant le hockey associatif (civil) que scolaire.

« Le projet est à l’état embryonnaire. Il se dessine une idée de réunir tous les joueurs élites, sous un même toit. Par exemple, les programmes régionaux de divisions scolaires 1 et 2 (D1, D2) pourraient être déplacées à la Polyvalente de Saint-Jérôme. À Cap-Jeunesse, on pourrait devenir un satellite du programme régional, en conservant les niveaux D3 et D4 », a évoqué M. Jonathan Trudel, entraîneur-chef des Cadets D2 avec les Couguars et un des précurseurs du hockey scolaire régional.

La centralisation du hockey permettrait de meilleurs débouchés aux jeunes finissants de l’élémentaire, croit-il.

« Quand on parle des joueurs élites au secondaire, c’est environ 300 joueurs dont il est question. Avec le projet proposé, cela permettrait d’offrir le service à 150 joueurs de plus dans les Laurentides. Actuellement, lors des essais pour les secondaires 1, par exemple avec les Couguars, on doit se limiter à choisir une cinquantaine de candidats sur les 120 applications annuelles reçues. On formerait plus de jeunes en changeant », a-t-il soulevé.

Plusieurs gens impliqués doivent être convaincus de la démarche avant qu’elle n’aboutisse.

« Ça permettrait de hausser les inscrits au profil hockey et au programme hockey élite. Il y a des exemples ailleurs où ça fonctionne. Même s’il est DG de Hockey Québec, Jocelyn Thibault prône le scolaire depuis longtemps, avec le programme du Triolet à Sherbrooke (https://harfangstriolet.com). Même chose en Outaouais avec l’Intrépide de Gatineau (https://www.hockeyintrepide. com/fr/index.html). On dispose d’un des plus grands bassins de talent au Québec. Les Laurentides doivent se structurer et innover pour le développer », a poursuivi M. Trudel.

Lors de la réunion exploratoire, des représentants de Cap-Jeunesse, de Mirabel, des sélects du Nord, des étoiles hockey féminin (Mistral) et de Hockey Laurentides ont échangé.

« Une plus grande place et de la visibilité pour le hockey féminin sont envisagées. Pour le moment, le sport-études féminin de hockey se situe à l’école Saint-Gabriel, à Sainte-Thérèse. »

Catégories limitées?

Le développement élite passerait-il uniquement par le programme régional de hockey, alors que des rumeurs laissent entendre que la FHMSJ pourrait se concentrer uniquement sur les catégories maison A, B et C au hockey civil ?

« On a encore beaucoup de monde à convaincre avant d’en arriver à des mesures concrètes. Mais la CSSRDN envisage trois nouvelles écoles et c’est le bon moment de cogiter et d’aborder les possibilités. » 

Remaniement

Par ailleurs, au programme sport-études hockey de l’école secondaire Cap-Jeunesse, un changement s’est produit à la direction.

« Patrick Gagnon, qui a beaucoup contribué au développement du programme, a accepté une tâche d’encadrement à l’école. Il demeure un des entraîneurs des Couguars (M13, M18). Sébastien Lagacé lui succède comme responsable du programme. Il a un bagage et une vision provenant de son vécu ailleurs. Le positionnement des Couguars est positif et entre de bonnes mains », a achevé le Prévotois.

NOUVELLES SUGGÉRÉES

0 Comments

Submit a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site est protégé par reCAPTCHA et les politiques de confidentialité et conditions de service de Google s'appliquent.