(Photo : Courtoisie)
Le maire de Saint-Sauveur, Jacques Gariépy
|

Complexe Sportif de la MRC des Pays-d’en-Haut : Un incontournable selon Jacques Gariépy

Par daniel-calve

Selon le maire de Saint-Sauveur, Jacques Gariépy, le Complexe sportif est un incontournable pour les Pays-d’en-Haut.

« Il faut absolument que l’ensemble des municipalités soit capable de mettre sur leurs offres de service qu’on a un complexe sportif près de notre école secondaire, située à Sainte-Adèle. On n’aura pas d’autre école secondaire et on ne peut pas la déménager! De plus, on cherche des jeunes familles, Saint-Sauveur en particulier, et on va être capable de les attirer si on leur donne l’opportunité d’avoir un complexe sportif », explique le maire.

Ce dernier mentionne que les familles qui ont à choisir un endroit où vivre sont très sélectives et regardent ce que proposent les municipalités «  On a un côté pittoresque à Saint-Sauveur, mais il faut absolument le compléter avec un complexe sportif. C’est notre position, on va aller jusqu’au bout dans ce projet, » soutient-il.

D’autant que, nous dit-il « avec les changements climatiques, il est important d’avoir des patinoires couvertes, des arénas, sinon on va patiner de moins en moins. Et les sports études ont tellement besoin de ça autant pour la piscine que pour l’aréna. »

Une consultation publique?

Au sujet d’une éventuelle consultation publique, le maire est catégorique, c’est non. « On en a fait beaucoup depuis des années. Je ne vois pas la pertinence d’en faire une autre. La dernière est un immense sondage, il y a 1 an 1 an demi, dans l’ensemble de la MRC. Je pense qu’il y a eu 3 000 répondants (3 000 domiciles) ce qui représente environ 4 ou 5 000 de population et 88 % des répondants était en faveur d’un complexe sportif et de son utilité. Depuis 4/5 ans on en parle constamment au sein des conseils de Saint-Sauveur et de la MRC. Les gens ont eu occasion de se questionner et de nous questionner. Je ne vois pas la pertinence d’en faire un autre. On sait exactement ce que le public en pense », affirme le maire.

Les coûts

« Au niveau des coûts des soumissions, l’évaluation qu’on avait faite du Complexe sportif était de 35 M$, ça fait plusieurs années, ça fait 4 ans que les rapports de Grant Thornton sont sortis. C’est sûr que depuis les prix ont explosé surtout depuis deux ans, depuis les nouveaux contrats qu’il y a à la Ville de Montréal comme l’échangeur Turcot, le REM, etc. » 

Selon le maire, les gros promoteurs focussent sur ces gros projets de plusieurs centaines de millions de dollars, « ce qui laisse peu de place pour les petits projets comme les nôtres. À ce moment-là les coûts augmentent s’ils ont à embaucher du personnel et acheter de la machinerie supplémentaire pour construire un complexe sportif. Je suis surpris qu’ils augmentent de 10 millions, mais ce n’est pas anormal que les coûts augmentent. C’est le cas partout dans les projets au Québec. »

Impact de l’augmentation

« Il y a un seul payeur, les citoyens, comme dans n’importe quel projet. Oui il augmente de 10 M$, mais ça fait deux/trois ans qu’on a déjà commencé à se faire une réserve pour accumuler de l’argent. Ça va réduire le règlement d’emprunt pour nous à Saint-Sauveur. Les coûts majorés de 10 M$ ça va augmenter la quotepart de Saint-Sauveur envers la MRC d’environ 35 000 $ par année ».

Budget d’exploitation

« Les coûts d’exploitation sont d’environ 1 M$ par année. La piscine c’est à peu près çà, un aréna se rentabilise, les coûts sont beaucoup moins élevés. On s’est basé sur l’étude qui a été faite et sur l’ensemble des complexes sportifs au Québec. Il y a aussi le coût du remboursement de la dette. Et on est en train de négocier des commandites, des partenariats, internes et externes, ce qu’on n’a jamais calculé et qui va diminuer les quoteparts des municipalités. On s’attend à un montant total entre 3,5 et 5 M$. »

La prochaine rencontre du conseil des maires aura lieu le 10 mars.

NOUVELLES SUGGÉRÉES

7 Comments

  1. ALAIN DAVIAULT

    Ce qui est triste, c’est de penser qu’un complexe sportif est un moteur économique afin d’attirer des nouvelles familles. Monsieur Gariépy, cessez de rêver , la réalité c’est de créer des emplois afin d’augmenter l’assiette fiscale.

    Reply
  2. Alain Daviault

    Cette information est une donnée qui nous confirme que la population est davantage en droit d’exiger un vrai sondage territorial.

    Reply
  3. Johanne Morrissette

    Désolée de vous contredire, M. Gariepy, mais seulement 16 % des gens de Saint-Sauveur ont répondu à ce sondage. ( Selon les données publiées par la MRC des Pays D’en Haut!)

    Reply
  4. Lafondpierre

    La firme Grant Thornton a rajouté le critère Synergie à leur étude afin d’orienter le choix de l’emplacement près de l’école.
    Critère qualitatif qui est venu justifier le choix de votre emplacement en discréditant tous les autres sites . Une étude orientée et biaisée qui risque d’endetter la ville de Sainte-Adèle.
    Il n’y a eu aucune présentation de la ville ou de la MRC aux citoyens de Sainte-Adèle, qui vont payer le gros de la facture.
    Aucune visibilité et aucune accessibilité. La piscine doit revenir à Saint-Sauveur.
    Madame Pilotte devrait donner de la visibilité dans son journal aux citoyens, pas juste sur un journal virtuel lu par quelques personnes seulement et souvent censuré ou calibré ???

    Reply
  5. Lafondpierre

    Le projet de piscine, initialement, devait avoir lieu à Saint Sauveur mais Monsieur Gariepy a réussi à pelleter ce projet à Sainte Adèle car ses citoyens n’en voulaient pas. En passant par la MRC , il a réussi à passer outre au référendum sur le projet d’emprunt. La MRC n’a, à prime abord , aucune compétence dans le domaine recréo. Les villes doivent lui transférer par déclaration leur compétence et faire approuver par chaque municipalité le nouvel emprunt qui dépasse les 35 millions déjà acceptés.
    Wentworth n’embarque pas dans le projet et la mairesse de Sainte-Adèle veut consulter la population, n’étant plus certaine . Fera t- elle faux bond à Monsieur Genest et au projet de Complexe Sportif. L’avenir nous le dira , elle réfléchit pour savoir sur quelle Vague elle va surfer. Il y va de son avenir politique.
    Il ne faut pas oublier que cette même mairesse a engagé un trois millions par règlement d’emprunt pour son Mont Loup Garou et les Amis du plein air.

    Reply
  6. Louis-Paul Brisebous

    Bonjour cher monsieur le Maire.
    On se connait bien je crois, piur vous avoir rencontré à mainte et mainte reprises. Depuis 2002, j’ai présenté plusieurs projets de Centres Sportifs aux 9 et 10 maires de la MRC des PDH avec le financement inclu.
    2002 : 3.5M
    2007: 6.5M
    2017: 15M
    Aujourd’hui vous avez des soumissions jusqu’à 59M
    Alors si vous désirez vraiment l’avoir votre Centre, nous CTC qui avons bâti plus de 120 Centres Sportifs à travers la planète et présenter notre projet CANADÔME il y a quelques années aux maires qui n’ont même pas daigner le prendre en considération, nous sommes toujours là. En plus nous avons été choisi pour construire l’arena principale des Jeux Olympiques de Pékin 2022. Sécurisant n’est-ce pas? On dit que nul n’est prophète dans son pays! Pourrions-nous être l’exception qui confirme la règle?
    Merci,
    Louis-Paul Brisebois
    Vice-Président CTC.

    Reply
  7. Pierrette Piccand

    C,est sur que M. Gariépy ne veut pas de consultation publique, l’ancien maire avait fait voter pour savoir si les habitants de St-Sauveur étaient d’accord de payer plus de taxes pour financer le projet du complexe sportif et la population avait voté non. Il y a des arénas et piscines à St-Jérôme et à Ste-Agathe, pas besoin d’en avoir à Ste-Adèle et surtout pas besoin de voir nos taxes augmenter, déjà qu’elles augmentent chaque année pour avoir moins de services (exemple ramassage des ordures qui va passer à 1 fois pas mois dès novembre) Voilà mon opinion parce que c’est sur que même si c’est à Ste-Adèle St-Sauveur devra payer une grosse partie.

    Reply

Submit a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Ce site est protégé par reCAPTCHA et les politiques de confidentialité et conditions de service de Google s'appliquent.