Complexe sportif des Pays-d’en-Haut

Complexe sportif des Pays-d’en-Haut
Valérie Maynard
Actualité

Le caractère régional du projet compromis?

Le projet de construction du complexe sportif qui servirait l’ensemble de la population des Pays-d’en Haut stagne, embourbé semble-t-il dans des procédures administratives. Résultat, les élus sont inquiets. « On n’a même pas le terrain encore », s’impatiente le préfet Charles Garnier.

Le terrain en question, situé à proximité de l’école secondaire Augustin-Norbert-Morin, à Sainte-Adèle, appartient, selon une entente survenue entre la Commission scolaire des Laurentides et un privé, à la commission scolaire. Or, avant de pouvoir le céder à la MRC, selon un bail emphytéotique, la commission scolaire doit au préalable obtenir l’aval du ministère de l’Éducation, ce qu’elle attend toujours.

Autre aspect du dossier qui suscite de vives inquiétudes, celui de la piscine, dont la construction a été autorisée à Saint-Sauveur en 2013 et que l’on souhaite maintenant intégrer au complexe régional, selon deux conditions : le transfert à la MRC de la subvention de 3,3 millions de dollars obtenue par Saint-Sauveur et l’extension du délai de construction pour le moment fixé à mars 2017.

Or, dans les deux cas, aucune confirmation n’a encore été reçue par la MRC. Pire, si les délais initiaux ne sont pas respectés, la subvention risque d’être tout bonnement retirée. « J’ai relancé la ministre responsable des Laurentides, Christine Saint-Pierre, hier (14 octobre) et elle m’a promis une réponse d’ici la fin octobre », a indiqué M. Garnier.

Sauf que la situation devient à ce point préoccupante que le maire, Jacques Gariépy, considère sérieusement le rapatriement de la piscine à Saint-Sauveur. « On ne souhaite pas en arriver là, mais le dossier traîne, alors ça devient une alternative », a-t-il convenu. Le maire Gariépy s’accorde encore quelques semaines avant de prendre une décision. Le cas échéant, c’est toute la régionalité du projet qui serait alors compromise, sans compter la facture qui devra être entièrement absorbée par la population sauveroise plutôt que répartie au prorata à l’ensemble de la population de la MRC.

Et l’aréna?

L’absence d’un aréna sur le territoire est un autre facteur de déception et plusieurs se demandent pourquoi la MRC des Pays-d’en-Haut n’envisage-t-elle pas la construction d’un tel équipement sur son territoire? « Parce qu’on n’a pas d’argent pour le faire », a platement répondu le préfet. Comme aucune subvention n’est disponible, un tel projet supposerait que les contribuables devront assumer la facture totale. « Je ne pense pas que les gens aimeraient ça.

Quand Saint-Augustin-de-Desmaures, près de Québec, a construit un méga aréna avec deux glaces, les contribuables ont subi une hausse de taxes de 25 % l’année suivante. On ne veut pas faire ça », tranche-t-il. La proposition de la MRC demeure donc de réserver un bout du terrain qui lui sera éventuellement cédé par la commission scolaire en vue de le céder à son tour à une entreprise privée qui aurait pour mandat la construction, la gestion et l’entretien de l’aréna.

L’idée de doter la MRC de Pays-d’en-Haut d’une infrastructure sportive régionale est sur la table depuis 2002.

À l’époque, rappelons-le, l’absence de consensus avait forcé l’abandon du projet. « De 2002 à 2014, durant 12 ans, je veux bien reconnaître que j’ai échoué dans mes tentatives d’obtenir le consensus du conseil du maire; mais on ne peut pas me reprocher d’y avoir mis tous mes efforts », s’est défendu le préfet.

Aujourd’hui, la donne est différente et le projet bénéficie de l’appui unanime des maires des dix municipalités de la MRC.

C’est d’ailleurs ce consensus qu’on met de l’avant pour faire avancer les choses qui, on l’espère, mèneront à la concrétisation du projet.

Le projet de construction d’un complexe sportif dans la MRC des Pays-d’en-Haut est évalué à 14 millions de dollars. Ce montant inclut le transfert de la subvention de 3,3 millions de dollars pour la piscine et une autre subvention à venir de 3,7 millions de dollars.

Le solde restant, soit 7 millions de dollars, sera assumé au prorata de la population des dix municipalités de la MRC, selon une formule qui reste à déterminer.

Cliquez pour ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

[+] Plus dans Actualité

  • La demois’aile dévoile ses blogueuses

    École A.-N.-Morin Les 20 blogueuses sélectionnées pour le projet La deMOIs’aile à l’école A.-N.-Morin de Sainte-Adèle étaient...

  • Seconde vie

    Entretien avec Dominique Forget – Recyclerie des Matériaux Chronique affaires et économie «Un lieu sympa où acheter...

  • fin de vie : Le Grand Passage

    Et si la mort n’était pas une fin mais une continuation de la vie sous une autre...

  • Val-David : Grande marche pour le climat

    Au moment même où une grande marche aura lieu à Montréal, le samedi 10 novembre, une marche...

X