|

De Mont-Tremblant au Kilimandjaro

Par Éric-Olivier Dallard

L’aventure de Chantale Germain

Encore sous l’émotion de son expérience, Chantale Germain, résidente de la région de Mont-Tremblant, raconte sa montée du Kilimandjaro comme un accomplissement inoubliable.

Son histoire a commencé lors d’un rêve où elle se souvient gravir une montagne portant le nom de Kili. C’est alors qu’elle a cherché sur Internet ce que pouvait bien être cette fameuse montagne. Le nom Kilimandjaro est ainsi apparu et le commencement d’une belle histoire d’amour entre une femme énergique et une montagne silencieuse s’est amorcée.

Pour une bonne cause

La montée du Kilimandjaro a été avant tout pour Chantale Germain une raison de venir en aide à la fondation du Cancer du sein du Québec. Sans même que personne ne l’approche pour ce projet, cette femme très sensible à cette cause a pris en charge le développement de plusieurs projets afin d’amasser des fonds pour la fondation. Tout l’argent recueilli par Mme Germain a été remis à la fondation du Cancer du sein du Québec dès la fin de son expérience au Kilimandjaro.

La Montée

L’ascension du Kilimandjaro pour Chantale Germain a débuté le 31 janvier 2009. Celle-ci faisait partie d’un groupe de 19 personnes dont deux personnes de soixante-cinq ans. Sept jours plus tard, Mme Germain faisait son dernier pas au sommet de cette montagne de 5895 mètres d’altitudes. Remplie d’une émotion pure, Chantale se rappelle d’un silence apaisant et réconfortant à la fois. Ayant l’opportunité d’arriver au sommet seule a été un moment fort pour cette femme de Tremblant. «J’ai entendu le silence, on n’a pas souvent la chance d’entendre le silence, ça a été merveilleux !» témoigne-t-elle. Cette montée est une grande fierté pour Chantale Germain, qui ne se considère aucunement comme une athlète. «Tout le monde peut le faire, c’est dans la tête que ça se passe» affirme-t-elle avec espoir que tous peuvent y arriver.

Sa préparation

Toutefois, afin d’aller jusqu’au bout de son rêve Chantale a suivi un entrainement rigoureux à titre de préparation. De plus, étant prête à affronter tous les défis, cette mère de famille a participé à plusieurs activités tel que 1 mois sans voiture où elle a marché plus de 630 kilomètres sans voiture à la fin du mois. J’ai vaincu mon Everest au Mont Ste-Anne, une activité qui consiste à gravir et descendre la montagne à pied le plus de fois possible selon ses capacités physiques. En outre, Chantale Germain a aussi pris part avec des membres de Radio Énergie à une marche d’une durée de 24 heures, qui a consisté au trajet de Montréal à Tremblant, soit 142,9 kilomètres. Tous ses défis ont été dans le but d’apprivoiser l’inconfort qu’elle aurait pu retrouver au Kilimandjaro.
«Le Kilimandjaro a été facile»

La montée du Kilimandjaro n’a pas été une activité qualifiée de difficile pour Chantale. Malgré quelques maux de têtes causés par l’altitude, cette dernière soutient que la montée s’est extraordinairement bien déroulée. Elle n’a eu aucun malaise respiratoire lors de son ascension ce qui a facilité son aventure. «Le succès d’un tel effort est dans la lenteur !» ajoute Mme Germain à son témoignage. «Le Kilimandjaro est une très belle montagne, elle n’est pas difficile côté technique mais il faut toutefois une bonne préparation physique et mentale.» Chantale se remémore son aventure comme une expérience unique.

Ses projets

Chantale Germain n’a que de beaux souvenirs du Kilimandjaro et souhaite revivre une expérience semblable. L’ascension de l’Aconcagua, une montagne de l’Argentine sera son prochain projet personnel. Ne sachant pas encore si cette montée

sera pour une cause spécifique, Chantale se lance ce nouveau défi avec une immense volonté d’accomplissement.

Chantale Germain a partagé son expérience du Kilimandjaro avec les auditeurs de CIME FM. Tous les jours, elle téléphonait en direct de la montagne à cette radio afin de faire part à toute l’équipe de CIME FM ainsi qu’aux auditeurs le déroulement de son aventure. Les dix derniers pas de son ascension ont pu être entendus «live» des ondes de la radio des Laurentides.

Elle donnera une conférence ce vendredi 20 mars de 19h à 20h30, au Pavillon Vélan du Domaine Saint-Bernard. Le prix d’entrée est un don volontaire, qui sera remis en totalité à la Fondation du cancer du sein.

NOUVELLES SUGGÉRÉES

0 Comments

Submit a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site est protégé par reCAPTCHA et les politiques de confidentialité et conditions de service de Google s'appliquent.