Documentaire sur la violence conjuguale : Il était une fois cinq femmes…

Documentaire sur la violence conjuguale : Il était une fois cinq femmes…
Valérie Maynard
Actualité

Nouveau départ. C’est le titre du documentaire réalisé par Claudia Gama, à l’initiative de femmes intimement convaincues que leur histoire, la violence conjugale dont elles ont été victimes, la peur au ventre, et  tout le processus de reconstruction d’elles-mêmes qui s’est un jour enclenché, serviront de planche de salut pour d’autres. « J’suis pas morte, j’suis pas folle… J’ai pas vécu ça pour rien, faut que ça serve », dira l’une d’elles. La production porte la signature de La Maison d’Ariane, une maison d’aide et d’hébergement pour femmes et enfants victimes de violence conjugale.

Nouveau départ, c’est l’histoire de cinq femmes qui témoignent de cet espace de leur vie où elles ont côtoyé et subi, bien malgré elles, la violence conjugale, une violence insidieuse qui, sans laisser de blessures apparentes, les a pourtant ravagées. Au Québec, une femme sur cinq sera touchée par la violence conjugale au cours de sa vie.

Dans le documentaire, elles prennent la parole, mettent des mots sur l’indicible afin de porter leur vécu « plus haut et plus loin » et ainsi, espèrent-elles, aider les autres. L’exercice a commandé une bonne dose de courage, on le ressent. Ce qu’on constate aussi, c’est l’élégance de ces femmes, la simplicité avec laquelle elles se racontent et l’espoir de leur message. Celui de sortir vivante du cycle de la violence. « Quand j’ai rencontré ces femmes, elles avaient 1 pied et trois quarts dans le cercueil. Sortir de la violence conjugale, c’est renaître », a exprimé Mme Gama.  

Femme violentée et mère

Plusieurs constats ont émergé des témoignages entendus et des nombreuses heures de tournage. D’abord, la similitude des histoires, bien que chacune étant unique. Ensuite, la détresse vécue par ces femmes et mères qui, malgré qu’elles soient sorties de la violence, se retrouvent aux prises avec un système sociojudiciaire qui les accueille souvent bien mal, où rien n’est acquis. « La séquence des interventions sociojuridiques comporte beaucoup de heurts et d’écueils. La violence conjugale continue d’avoir de graves conséquences sur la relation mère-enfant, même après la séparation », fait valoir Danielle Leblanc, intervenante à La Maison d’Ariane.

Dès lors, l’idée d’un second projet a pris forme et on souhaite maintenant aborder la problématique de ces interventions sociojuridiques, en sensibilisant les intervenants sur les impacts à long terme, bien au-delà de la séparation, de la violence conjugale sur la relation mère-enfant. « On travaille ce projet-là avec l’Université d’Ottawa », a indiqué Mme Leblanc.

Pour l’heure, une tournée de diffusion du documentaire Nouveau départ parmi les partenaires de La Maison d’Ariane est en cours de préparation.

Chaque année, environ 120 femmes et leurs enfants sont hébergés à La Maison d’Ariane et plus de 1000 relations d’aide téléphoniques et en face-à face sont offertes.

L’aide offerte vise notamment la sécurité des victimes, l’accompagnement dans la défense de leurs droits et l’intervention en vue de diminuer l’impact de la violence sur les femmes autant que sur les enfants.

Pour visionner la bande-annonce du documentaire Nouveau départ, rendez-vous à l’adresse suivante : [http://maisondariane.ca/nouveaudepart]. Pour contacter La Maison d’Ariane, composez le 450 432-9355.

Cliquez pour ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

[+] Plus dans Actualité

X