pub de recyclage
(Photo : Louis Massicotte)
image0
|

La Metsä : Appel à la collaboration avec Sainte-Adèle

Par Luc Robert

L’homme d’affaires Louis Massicotte espère que ses projets de La Metsä et du lagon géothermique seront implantés prioritairement dans les Laurentides, mais il soutient que la demande d’autres endroits au Québec est croissante.

« Nous espérons que c’est Sainte-Adèle qui aura la primeur pour le premier lagon géothermique en Amérique. Car ce seront des retombées économiques directes de près de 100 M$ pour la région, chaque année, sans compter les emplois. Plusieurs municipalités du Québec nous ont contactés depuis deux semaines, pour nous inviter à implanter un lagon chauffé à 38 °C à l’année, sur leur territoire. Ce projet fait l’envie de plusieurs régions », a-t-il avancé.

M. Massicotte ajoute que d’autres municipalités voudraient amener le projet dans leur région. « Si on collabore tous ensemble, on pourra réussir à lancer à Sainte-Adèle le tout premier lagon géothermique en Amérique, un projet quatre saisons novateur qui valorisera les Pays-d’en-Haut et ses forêts. Notre projet de village hôtelier en forêt comporte des bâtiments au sol, pour moins de 10 % de la superficie totale des terrains. Il repose sur un concept growing greener, à profil écoresponsable. C’est un projet à dimension humaine, qui prévoit environ un millier de visites par jour », a déclaré Louis Massicotte.

« Le Québec est tombé en amour avec notre concept de lagon à énergie renouvelable. Les préventes de 164 M$ pour le village de chalets hôteliers des Laurentides viennent conclure le financement du projet de Sainte-Adèle dont l’accès principal est prévu par les terrains de l’usine La Rolland. Nous avons une demande plus importante que les 172 chalets prévus, ce qui a généré une liste d’attente d’acheteurs qui veulent investir à Sainte-Adèle et qui croient à son potentiel. »

Plan d’implantation

M. Massicotte a publié dans les derniers jours le plan d’implantation des ronds-points et du possible lagon adélois, ainsi que le tracé de la servitude du chemin d’accès par l’usine La Rolland, à Sainte-Adèle. Cette entrée via un quartier résidentiel a récem-ment fait l’objet d’inquiétudes à la mairie.

La mairesse de Sainte-Adèle, Michèle Lalonde, avait publié à ce sujet le 23 février dernier sur sa page Facebook. « Personnellement, j’ai des doutes sur la réalisation du projet pour les raisons suivantes : le site est difficilement accessible et le parcours pour s’y rendre présentement traverse un secteur résidentiel et est tout à fait rocambolesque; de plus la mise en place d’un lagon nécessitera des études et des permis du ministère de l’Environnement du Québec. On est loin de la coupe aux lèvres et il va couler beaucoup d’eau sous les ponts avant la réalisation », avait-elle écrit.

Démarches auprès de la Ville

La firme Stantec poursuit quant à elle les études en égouts et aqueduc. « Nous allons déposer nos demandes de permis ce printemps au service d’urbanisme de Sainte-Adèle, ce qui permettra à la Ville de se prononcer en pleine connaissance du dossier. J’ai investi dans les importantes études que le Service d’urbanisme nous avait demandées en octobre dernier. Elles sont en cours de production, dont celle qui concerne le possible branchement des égouts et de l’aqueduc. Nous respectons les canaux de communication avec la Ville de Sainte-Adèle et nous prenons très au sérieux chaque enjeu », a souligné le promoteur.

NOUVELLES SUGGÉRÉES

5 Comments

  1. Meusbellum

    Faut se souvenir que la Loi 67 permet la location à court terme de sa résidence principale….celle-ci n’est pas d’application sur une résidence secondaire. Le projet de la Metsä annonce haut et fort que leur « chalets » (vendu par deux) pourront être loués sur Airbnb et autres…ce qui est interdit sur le territoire de Sainte-Adèle.

    Reply
    • Carole Langlais

      La Municipalité ne pourrait-elle pas amender sa réglementation pour accommoder le promoteur6

      Reply
    • Louise

      Je suis tellement d’accord avec vous. C’est un projet qui n’a pas sa place ici. Imaginez vous 172 chalets qui se veulent à caractère locatif à court terme sur les plateformes connues, interdites à Sainte-Adèle, possibilité de 12 personnes chacun… j’aime autant mieux ne pas y penser. Même notre mairesse a qualifié de rocambolesque ce projet malgré les 100 M$ de retombées miroitées. Un référendum de tous les résidents de Ste-Adèle svp !

      Reply
  2. Carole Langlais

    Imaginez les bouchons interminables sur la 15, le bruit généré par les locateurs à court terme qui voudront profiter du plein air l’été et ne parlons même pas des effets dévastateurs sur la faune et la flore… un va-et-vient incessant de voitures, celles de tous les locateurs et celles de ceux qui feront le ménage entre les locations…

    Reply
    • Louise

      D’accord avec tout ce que vous dites madame Langlais. Un vrai cauchemar. Et que dire de ce bel immense lagon qui, j’imagine, s’alimentera par la nappe phréatique … cette même nappe qui alimente nos puits artésiens. Et à 38 degrés hiver comme été? Quand le soleil aura tapé dessus tout un été et que les algues bleues se mettront de la partie … n’oublions pas que notre belle rivière du Nord se trouve juste en bas du projet, de l’autre côté de la piste cyclable.
      Arrêtons ce projet pendant qu’il est encore à cette étape de projet !!!

      Reply

Submit a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Ce site est protégé par reCAPTCHA et les politiques de confidentialité et conditions de service de Google s'appliquent.

Événements à venir

Aucun événement restant pour Juin