Le salon-école Marie-Denise Tremblay part pour la Havane

Le salon-école Marie-Denise Tremblay part pour la Havane
Actualité

Les élèves de la prochaine session du salon-école Marie-Denise Tremblay, situé au cœur du village de Val-David, se rendront à la Havane, le 14 avril prochain, pour y suivre un stage d’une semaine, dans le but d’acquérir de nouvelles connaissances dans le monde de la coiffure.

Ce voyage s’inscrit dans le cadre d’un partenariat de développement social entre l’école Valdavidoise et celle de Papito, nouvellement ouverte à la Havane, qui ressemble curieusement à celle qu’opère l’enseignante Marie-Denise Tremblay.

 

Celle-ci s’est d’ailleurs rendue à la Havane, le 3 décembre dernier, afin de rencontrer son homologue cubain.

 

D’où vient l’idée?

Martin Van Den Borre, conseiller en développement coopératif des Laurentides, s’était arrêté à Cuba, à l’occasion d’une conférence organisée par l’Association nationale des économistes et comptables cubains. «À son retour, Martin est venu me voir et m’a demandée si je voulais faire un partenariat de développement social avec l’école de Papito. J’ai aimé l’idée parce qu’elle répondait aux objectifs que je m’étais fixés en lançant le salon-école», explique Mme Tremblay.

 

En participant à cet échange, elle croit qu’il y a là une belle opportunité qui s’offre à ses élèves. «Ça va leur permettre de sortir du Québec pour voir comment ça se passe ailleurs. En même temps, ils vont faire un voyage: souvent, ils n’y sont jamais allés», mentionne-t-elle.

 

De son côté, le «coach» (Martin Van Den Borre) – comme l’appelle l’enseignante – perçoit un intérêt pour l’école de Papito dans ce projet: celui de découvrir les produits éco-responsables offerts dans le milieu de la coiffure et que l’école de Val-David utilise déjà. Selon lui, les Cubains ont moins accès aux produits spécialisés qui proviennent de l’étranger.

 

Pour se rendre à Cuba, les élèves devront s’instruire. La première formation portera sur la culture cubaine. «Elle sera d’ordre générale et permettra aux élèves de comprendre le fonctionnement de la société cubaine», déclare M. Van Den Borre. De plus, les élèves seront appelés à suivre un cours d’espagnol qui leur donnera la chance de parler aisément avec les gens de la place.

 

Une révolution?

C’est lors de son passage à la Havane que le conseiller en développement coopératif des Laurentides a constaté qu’un vent de changement soufflait au niveau économique sur ce pays. «Cuba a décidé de développer davantage les coopératives dans d’autres secteurs d’activités que l’agriculture, comme elle le faisait beaucoup dans le passé», remarque-t-il.

 

Ainsi, la société cubaine misera moins sur l’État, mais plus sur les entreprises familiales et les travailleurs autonomes. «Elle est en train de se créer une économie qui ne sera pas gérée par le gouvernement et dans laquelle on compte plus de 200 000 travailleurs autonomes, comme les restaurateurs et les chauffeurs de taxi», mentionne Van Den Borre.

 

La prochaine visite?

Suite à la visite des élèves de Marie-Denise Tremblay, ce sera au tour de l’école de Papito de venir séjourner à Val-David et apprendre la culture de la coiffure d’ici. La date n’est toutefois pas encore déterminée.

 

 

Cliquez pour ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

[+] Plus dans Actualité

X