(Photo : Nordy)
|

Maux de tête pour des entrepreneurs à Saint-Adèle

Par Production Accès

À Sainte-Adèle, les nouveaux règlements d’urbanisme adoptés en août dernier crée un casse-tête pour certains constructeurs résidentiels.

Deux entrepreneurs de Sainte-Adèle disent avoir connu des embuches et des retards importants après que soient entrée en vigueur la refonte du plan d’urbanisme. Ceux-ci ont préféré demeurer anonymes, soucieux de conserver une bonne relation avec la Ville.

En juin dernier, deux compagnies ont fait parvenir leurs demandes respectives pour obtenir des permis de construction à Sainte-Adèle. Ces demandes totalisaient sept projets domiciliaires. Les deux entrepreneurs contactés affirment que ni leurs architectes, ni eux n’ont été informés que les règlements d’urbanisme étaient en voie de changer. Or, la Ville prétend le contraire.

« Quand [les entrepreneurs] sont venus déposer [leurs projets au département d’urbanisme] au mois de juin, c’est certain qu’on les a avisés que la réglementation était dans un processus de changement », tranche Nadine Brière, mairesse de Sainte-Adèle.

Projets refusés

« Ce n’est pas vrai qu’on a été avisés. En juin, il nous l’aurait dit quand on a présenté nos projets », dit l’un des entrepreneurs.

Après trois mois d’attente, la Ville a indiqué aux deux entrepreneurs que leurs projets respectifs étaient tous refusés pour des « non-conformités » en raison de la nouvelle réglementation.

Après ces refus, la directrice adjointe de l’urbanisme leur a assuré qu’ils auraient de bonnes chances d’obtenir une « dérogation mineure ». « Mais comme la Ville s’en va en élections [municipales], on n’aurait pas de réponse avant le mois de décembre. On ne peut pas se permettre d’attendre aussi longtemps », raconte l’entrepreneur.

Afin d’éviter des frais supplémentaires de retard et désireux de construire avant l’hiver, les deux entrepreneurs contactés disent n’avoir d’autre choix que de modifier leurs plans, ce qui entraîne de nouveaux coûts d’arpentage et d’architecture.

« C’est notre gagne-pain. Si on n’a pas de permis, on ne peut pas construire », dit l’un d’eux.

En temps normal, le traitement et l’analyse d’une demande de dérogation mineure prend de 8 à 10 semaines, selon une publication web de l’urbanisme de Sainte-Adèle.

Roulement à 250 %

Dans la région des Laurentides, c’est la MRC des Pays-d’en-Haut qui attire le plus de nouveaux arrivants, avec une hausse de 3,62 % en 2020.

Cette année, le Service de l’urbanisme et de l’environnement de Saint-Adèle a reçu une augmentation des demandes de permis de construction de plus de 250 % par rapport aux années précédentes. Cela expliquerait les délais de 3 à 6 mois pour obtenir une réponse.

Un règlement « farfelu »

Selon les nouvelles normes, le promoteur doit agrandir les dimensions de son bâtiment afin de respecter le règlement qui stipule que la façade doit avoir 50 % de la largeur du terrain. « Si j’agrandis le bâtiment, mon empreinte écologique est encore plus grande. Ça me coûte plus cher et les locataires vont devoir payer plus cher », se désole-t-il, trouvant le règlement « farfelu ».

L’impact au sol est minime et cela ne pose pas de problèmes environnementaux, avance Mme Brière, qui reconnait qu’il en coûtera beaucoup plus cher pour le promoteur. Le règlement a été pensé pour assurer « une meilleure qualité de vie » aux locataires.

Selon la nouvelle réglementation, une seule porte de garage est permise par maison unifamiliale et la largeur de celle-ci ne doit pas excéder trois mètres. Les deux promoteurs ont dû revoir leurs plans et leurs commandes pour respecter cette règle qu’ils jugent inadéquates pour les propriétaires possédant deux voitures.

Par ce règlement, la Ville dit vouloir empêcher la construction de grandes maisons avec des doubles garages et ainsi, réduire l’impact écologique.

Au moment où ces lignes étaient écrites, les deux entrepreneurs n’avaient pas encore obtenu de permis pour aucun de leurs projets proposés en juin.

Demandes records

La compagnie reçoit une douzaine de demandes pour des nouvelles construction par semaine, du jamais vu. « On est déjà plein pour 2022 et on a déjà des réservations pour 2023. »

« On reçoit environ dix demandes par semaine de gens qui sont intéressés à louer un logement à Sainte-Adèle. On essaie de répondre à la demande, mais on dirait que la Ville ne veut pas coopérer avec nous », déplore l’entrepreneur.

« On a maintenant une directrice adjointe à notre département d’urbanisme afin d’avoir une meilleure planification des projets immobiliers sur le territoire et afin de pouvoir mieux travailler avec les promoteurs », rétorque la mairesse.

Nouvelle réglementation mieux adaptée

Mme Brière estime que l’ancien plan d’urbanisme datant de 2012 était un « copié-collé de ce qui se faisait à Laval » et accommodait davantage les promoteurs immobiliers. « Ce nouveau plan auquel nous avons travaillé et qui a eu cinq consultations publiques est davantage axé sur la qualité de vie des Adélois et sur le développement de logements abordables. »

De son côté, l’entrepreneur s’attendait à commencer les travaux il y a deux semaines. Celui qui a récemment agrandi son équipe se demande maintenant s’il ne sera pas obligé de mettre temporairement à pied ses nouveaux employés, à cause des retards.

NOUVELLES SUGGÉRÉES

3 Comments

  1. Alain Daviault

    Bravo Mme Brière de mettre le focus sur la qualité de vie de vos résidents.

    Reply
    • Martin Verronneau

      Au contraire, lorsqu’on augment la superficie construite au sol et l’empreinte écologique, la diminution des espaces verts et des cases de stationnement hors rue, en plus de faire augmenter le coût de loyers, on parle de DIMINUTION de la qualité de vie! Franchement…

      Reply
  2. Jonathan

    Bonjour, j’aimerais biens savoir ou je peux vérifié les nouveaux règlements d’urbanisation sur le site Internet de la ville. J’ai trouvé sur le site internet:
    Publications – Ville de Sainte-Adèle (sainte-adele.qc.ca).

    Je commence a avoir peur de c’est nouveau règlement d’urbanisation. Est-ce que Sainte-Adèle va devenir la capital national des maisons en Canexel avec un bachelor au sous-sol.

    Plus une maison à de la valeur, plus les entrées d’argent en taxes municipale et scolaire sont important. Donc c’est tout les citoyens de la ville qui sont gagnant. Il ne faut pas se mettre la tête dans le sable, le nerf de la guerre est toujours les $$$. Je pensais jamais dire ça, mais je crois que c’est une bonne chose que la mairesse actuelle et son équipe ne se représente pas aux prochaines élections. Je suis aussi pas en encore avec les poursuites de part et d’autre dans un autre dossier.

    Je n’aime pas la tendance de Ste-Adèle. Les taxes municipales de cette ville sont aussi élevé que dans les grands centre urbain mais sans les services de cette dernière. Si en plus on ne peut plus construire un immeuble avec les règles d’urbanisations semblables aux ville avoisinante, bien nous allons perdre plusieurs entrée d’argent et nouveau citoyens.

    Je suis résidant de cette belle ville depuis 20 ans mais si je ne suis pas capable de construction ma futur maison avec deux portes de garages de 9 pieds, bien je serais triste car j’aime bien cette municipalité mais je vais regardé pour une autre municipalité voisine qui acceptera mes démarche de construction.

    Merci et bonne journée à tous.

    Reply

Submit a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site est protégé par reCAPTCHA et les politiques de confidentialité et conditions de service de Google s'appliquent.