Réjean Gravel fait le point avec les Adolphins

Réjean Gravel fait le point avec les Adolphins
Actualité

Le maire de Saint-Adolphe-d’Howard, Réjean Gravel, a les yeux tournés vers l’avenir pour sa municipalité. Ainsi, il convie les citoyens à une séance d’information qui se tiendra à l’église du village, le 1er décembre prochain, à 9 heures.

David Richer

«La séance se veut l’occasion de présenter aux citoyens l’analyse actuelle de nos forces et de nos ressources, les principaux enjeux et défis qui interpellent notre développement, de faire le point sur les actions entreprises et d’établir les orientations à privilégier pour ancrer notre vision», explique-t-il d’entrée de jeu en conférence de presse.

Selon M. Gravel, les citoyens doivent s’attendre à tout le moins à une grande annonce le 1er décembre prochain. Sans dévoiler le contenu de la séance d’information, il affirme que la population sera informée de la création d’un organisme à but non-lucratif (OBNL). «Ce dernier aura pour objectif de rallier les offres de la municipalité à celles du plein air. On va ainsi développer quelque chose avec notre richesse qui est la nature», déclare le magistrat.

Parmi les points abordés au cours de l’assemblée publique, Réjean Gravel parlera notamment de ce qui différencie la municipalité adolphine des autres. En ce sens, il soutient ne pas vouloir que Saint-Adolphe-d’Howard ait des ressemblances aux villes voisines, soit Sainte-Agathe-des-Monts et Saint-Sauveur, où se développent les secteurs industriel et commercial. «On ne veut pas voir d’usines s’installer ici ou encore des tours de condos s’ériger. On tient plutôt à bonifier ce qu’on détient déjà, c’est-à-dire la richesse naturelle», soutient-il.

Soulignant également le fait que l’une des grandes difficultés de Saint-Adolphe-d’Howard se trouve dans sa situation géographique, M. Gravel souhaite que les résidents des grands centres qui quittent ce type d’environnement pour venir «passer du bon temps» dans les Laurentides aient en tête Saint-Adolphe-d’Howard comme destination. Il explique qu’ «aujourd’hui, les gens font souvent une heure de voiture pour s’évader l’esprit. Il s’avère que la municipalité se trouve à 45 minutes de Montréal. En plus, elle détient ce dont beaucoup de personnes recherchent quand elles viennent dans la région; la tranquillité et la nature.»

C’est pourquoi il dit vouloir «dynamiser à nouveau l’économie en plus de mettre en valeur les richesses naturelles, récréotouristiques, événementiels, culturels et communautaires» qui personnifient ce village qualifié de champêtre aux yeux de plusieurs personnes. Par contre, il estime que cela ne se fait pas seul. L’implication de la population y joue un grand rôle, selon lui.

 

Quatre individus viendront informer la population sur divers éléments au cours de la séance d’information. Il y aura Stéphane Lalande, directeur du CLD des Pays-d’en-Haut, Chantal Ladouceur, qui s’occupe du développement récréatif à la MRC des Pays-d’en-Haut, Jacques Allard, de Loisirs Laurentides ainsi que Lucie Lamy, consultante en vélo de route et de montagne.

Cliquez pour ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

[+] Plus dans Actualité

X