Les Val-Davidois veulent déléguer la gestion du parc

Un comité de six personnes a écouté les citoyens de Val-David à la salle communautaire.
Les Val-Davidois veulent déléguer la gestion du parc
Jean-Patrice Desjardins
Actualité

Parc régional Val-David/Val-Morin

Le comité chargé de faire un rapport sur la façon de gérer la partie val-davidoise du parc régional Val-David/Val-Morin était en mode écoute le 16 novembre dernier. Les citoyens présents ont été unanimes : il faut que le parc soit géré par un organisme non municipal et la gestion doit se faire dans un partenariat avec Val-Morin.

On sait qu’actuellement, le parc est géré différemment à Val-David qu’à Val-Morin. À Val-Morin, c’est un organisme à but non lucratif qui gère les activités, alors qu’à Val-David, c’est la municipalité qui fait le travail.

Ils étaient près de 80 citoyens à répondre à l’invitation du comité qui voulait savoir quel serait le meilleur mode de gouvernance du parc, comment développer un partenariat avec Val-Morin et que serait leur vision à long terme du parc.

S’avançant un à un au micro, les citoyens ont pratiquement tous demandé à ce que la gestion du parc soit déléguée à une organisation non municipale. Certains ont parlé de créer un OBNL (organisme à but non lucratif), d’autres d’une coopérative.

« La gestion doit être déléguée et il faut un directeur du parc. Cela résoudrait les problèmes actuels et on sait que ça fonctionne », affirme Marc Blais, un des citoyens venus s’exprimer.

Une certaine unanimité autour de la gestion déléguée et unifiée ressort des interventions des citoyens, même si les approches étaient diversifiées : certains misent sur la protection des acquis, d’autres suggèrent de développer davantage le parc.

« On ne peut avoir deux têtes dirigeantes pour le parc. De plus, un OBNL aurait accès à des subventions pour développer le parc », pense Pierre Gaudreau.

Le partage des déficits

Historiquement, il y a toujours eu plus d’entrées dans le parc vendues à Val-David, ce qui cause un déséquilibre dans les revenus. Le comité a lancé l’existence d’un possible déficit de 200 000 $ à Val-Morin.

Cependant, les citoyens ont presque tous exprimé le vœu qu’une gestion unifiée du parc permette de partager le déficit avec Val-Morin. « C’est un non-sens de ne pas unifier les revenus », affirme Dominique Dufresne.

Ils ont été nombreux à demander à ce que le parc soit ouvert à plus d’activités pour les jeunes. Enfin, plusieurs intervenants ont rappelé l’importance de préserver la diversité naturelle du parc.

Rappelons que ce comité de six citoyens de Val-David a été mandaté par la municipalité, en août dernier, à la suite de la présentation d’un premier rapport portant sur un projet de gestion unifiée du parc. Ce comité devra produire un rapport dans les prochaines semaines.

Une autre assemblée de consultation portant sur les usages du parc (vélo, ski, raquette, etc.) aura lieu le samedi 25 novembre dès 9 h 30 au Chalet Far Hills à Val-Morin.

Cliquez pour ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

[+] Plus dans Actualité

X