|

COVID-19: Trois questions au préfet de la MRC des Pays-d’en-Haut

Par Production Accès

La semaine dernière, le journal Accès a posé quelques questions au préfet de la MRC des Pays-d’en-Haut, André Genest, en lien avec la crise de la COVID-19.

Quel est l’impact dû au fait que la MRC des Pays-d’en-Haut soit un secteur limité?

Qu’on soit dans une zone plus protégée vient d’une demande que j’ai faite moi-même. Nous avons des rencontres hebdomadaires avec les ministères. Au départ il était question que seules les MRC d’Argenteuil et Antoine-Labelle soient limitées. Des Laurentides et Pays-d’en-Haut ont demandé de l’être aussi, car il y avait beaucoup d’inquiétudes. Argenteuil est collé sur l’Ontario et Antoine-Labelle vit la même situation avec Maniwaki. On est collé sur Argenteuil et on a beaucoup de gens qui ont des résidences de villégiatures et qui viennent d’autres régions, de Montréal ou de Laval.   Pour l’Estérel et Lac-des-Seize-Îles, c’est plus de 80 % de la population qui sont des villégiateurs. On s’est aperçu qu’ils arrivaient et rentraient dans nos commerces et risquaient de beaucoup contaminer et aussi vidaient souvent les tablettes. 

Je me suis permis, une fois que ça a été accepté, de me rendre à Saint-Sauveur pour rencontrer TVA, le Journal de Montréal et Radio Canada et on a passé le message très clair qu’on ne désirait pas, pour l’instant, que les gens fassent des allers-retours les fins de semaine et qu’on mette à risque notre population locale. On sait déjà que les infrastructures hospitalières sont très utilisées et on n’a pas besoin d’embourber un peu plus le système. 

Les gens ont compris qu’il n’était plus question de venir. Il y a des gens de Saint-Jérôme qui venaient faire des commissions à Saint-Sauveur comme s’il n’y avait pas assez de commerces à Saint-Jérôme ! (Avec les points de contrôle) les gens ont compris qu’il n’était plus question de faire un tour pour faire un tour.

Au sujet du 707866 $ pour les PME

La gestion a été remise aux MRC. On avait déjà créé une cellule communautaire pour que nos organismes qui ont besoin de bénévoles puissent en avoir (cellule du gouvernement jebenvole.ca). Une banque de bénévoles est en place ainsi qu’une banque d’organismes communautaires qui ont besoin de services. Maintenant ils ont mis plus l’emphase sur le maillage entre les entreprises. Nous avons aussi une cellule de communautés des affaires où on aura des représentants des trois chambres de commerces, de la SADC, d’Emploi Québec, et un des maires. On va la créer plus formellement et aussi discuter avec tous les maires. Nous avons des rencontres toutes les semaines. Avec les chambres de commerce, nous avions déjà identifié les commerces qui faisaient de la livraison et du prêt-à-emporter. Chez nous, Shanna Fournier, conseillère au développement économique, travaillait déjà avec ce groupe-là, cette cellule. Avec le Panier bleu, on a déjà beaucoup de demandes qui sont rentrées, une cinquantaine. On va être capable d’analyser pour voir qui on peut aider parce que ça ne sera pas long de passer à travers le 707 866 $ et avec 50 000 $ maximum d’aide. Il va falloir rapidement analyser tous ces dossiers pour voir qui on veut aider et comment on va les aider.

(Le 3 avril Québec annonçait 150 M$ supplémentaires pour les PME) https://lespaysdenhaut.com/aide-durgence-aux-petites-et-moyennes-entreprises-des-pays-den-haut-covid-19/

Plan de relance

Ce que monsieur Legault a confirmé c’est que la relance va pouvoir se faire probablement plus rapidement dans des secteurs comme chez nous. Dans la MRC on a un assez faible taux de propagation du virus à l’heure actuelle.   Probablement due au fait que la densité est moins importante, la distanciation est plus facile à faire. On contrôle déjà pas mal les parcs, on ferme les stationnements, ce qui fait qu’on va être capable probablement d’ouvrir un peu plus rapidement dans certaines activités. C’est ça qu’on espère et tant et aussi longtemps que les gens respectent au maximum les consignes pour qu’il n’y ait pas de propagation, on va être capable de repartir plus rapidement. On s’organise pour ne pas être envahi par des secteurs où il y a déjà plus de propagations, pour réussir à repartir le plus vite possible dans des domaines qu’on est capable de contrôler, par exemple dans un secteur comme la construction où les employés vont pouvoir être à deux mètres de distance.  

 Toutes les semaines on relance le conseil des préfets et nous sommes en communication le mardi après-midi à 14 h 15 avec les ministères de la Sécurité publique, des Affaires municipales et de la Santé. Chacune des MRC envoie leurs questions d’avance. On sait d’avance ce qui va arriver, car les choses arrivent parce qu’on fait des demandes. On a un gouvernement qui est très à l’écoute. Dans les préoccupations qu’on avait au niveau des Laurentides, depuis deux semaines, les municipalités un peu plus au sud étaient déjà en train de se questionner sur comment gérer des crises au niveau des inondations. Comment va-t-on faire si on doit évacuer du monde étant donné la distanciation sociale ? Ce sont déjà des questions qu’on a posées aux ministères. 

NOUVELLES SUGGÉRÉES

3 Comments

  1. Brigitte hamel

    Qu’est-ce qui est prévu pour les campings des laurentides dont l’ouverture est prévue pour le 15 mai ?

    Reply
  2. Jeanie boutin

    Combien de cas a Morin Heights , st sauveur st adolphe

    Reply
  3. Candide Girard

    Nous n’avons que 31 cas et il veut entrer ici des cas de Covid-19 mais à quoi il pense au juste ???

    Reply

Submit a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Ce site est protégé par reCAPTCHA et les politiques de confidentialité et conditions de service de Google s'appliquent.