Budget Leitão: Le député Cousineau réagit

Budget Leitão: Le député Cousineau réagit
Thomas Gallenne
Actualité

Le député de Bertrand Claude Cousineau n’a pas tardé à réagir suite au dépôt du budget du gouvernement Couillard.

Le ministre des Finances, Carlos Leitão, a confirmé le 26 mars, dans son discours sur le budget, le retour à l’équilibre budgétaire pour l’exercice financier 2015-2016, après six années consécutives de déficits qui ont alourdi la dette de près de 16 milliards de dollars. Il a également présenté le Plan économique du Québec qui guidera les actions du gouvernement au cours des prochaines années afin de donner un nouvel élan au Québec.

«Ce budget confirme que les efforts de redressement des finances publiques et de contrôle de nos dépenses ont porté leurs fruits. Nous avons respecté notre engagement et nous amorçons maintenant une nouvelle étape axée sur une croissance de l’économie québécoise et de l’emploi dont profiteront tous les citoyens», a déclaré le ministre.

Contrôle des dépenses… mais à quel prix?

Selon le député de Bertrand, ce contrôle des dépenses aura un impact sévère quant aux services à la population, en particulier dans les grands services de l’État.

«Concernant l’augmentation des dépenses en éducation, le ministre a ciblé 0,2%. Traditionnellement, les budgets oscillaient entre 2,6 et 3% d’augmentation des coûts de système dans l’éducation. Et c’est incontournable: les coûts, les salaires, les services aux élèves augmentent. L’impact attendu sur le terrain: il va y avoir des coupes au niveau du service aux élèves.»

Il pense que les commissions scolaires pourraient être amenées à augmenter la taxe scolaire pour maintenir leurs services. «Et si elles ne le font pas, ce seront les élèves en difficulté, qui ont besoin de services, qui vont écoper», ajoute-t-il.

En santé, le tableau n’est pas plus réjouissant à ses yeux. Traditionnellement, l’augmentation des dépenses en santé, annuellement, se situe entre 3,5 et 4,5%.

«Là, le ministre Leitão fixe l’augmentation à 1,6%, ce qui veut dire gel du salaire des employés, alors que le gouvernement s’en va vers des négociations avec la fonction publique dès cet été. Concrètement, sur le terrain, ça va se traduire par des baisses dans les services à la population du comté de Bertrand», croit le député. Ce dernier y va d’une image: une famille de quatre personnes, avec un budget quotidien

restreint, qui pour le maintenir, doit couper dans le petit déjeuner. «Oui on atteint l’équilibre budgétaire, mais à quel coût?, lance-t-il amer. Oui, je suis très déçu de ce budget.»

Cliquez pour ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Thomas Gallenne

Directeur de l'information

[+] Plus dans Actualité

  • La demois’aile dévoile ses blogueuses

    École A.-N.-Morin Les 20 blogueuses sélectionnées pour le projet La deMOIs’aile à l’école A.-N.-Morin de Sainte-Adèle étaient...

  • Seconde vie

    Entretien avec Dominique Forget – Recyclerie des Matériaux Chronique affaires et économie «Un lieu sympa où acheter...

  • fin de vie : Le Grand Passage

    Et si la mort n’était pas une fin mais une continuation de la vie sous une autre...

  • Val-David : Grande marche pour le climat

    Au moment même où une grande marche aura lieu à Montréal, le samedi 10 novembre, une marche...

X