Faut-il rejeter la « Variante Genest »? L’Association du lac des Trois-Frères exprime son point de vue

Faut-il rejeter la « Variante Genest »? L’Association du lac des Trois-Frères exprime son point de vue
Journal Accès
Actualité

LETTRE OUVERTE

L’Association du lac des Trois-Frères a toujours apporté son appui à la municipalité et au comité aviseur dans le dossier de la ligne à 120 kV du Grand-Brûlé – Dérivation Saint-Sauveur. Puisque nous faisons partie des secteurs très impactés par le tracé actuel d’Hydro-Québec, nous suivons le dossier de près et ce, depuis ses débuts en 2013.

D’abord, soulignons que nous souhaitons toujours que ce projet soit soumis au BAPE. Rappelons également que plusieurs de nos membres ont soutenu financièrement le développement d’une solution de rechange par l’expert Paul Paquin. Cette solution nous apparaît encore aujourd’hui comme celle à privilégier, puisqu’elle évite l’ouverture d’une nouvelle emprise. Toutefois, Hydro-Québec persiste à vouloir rejeter cette solution.

Ceci étant dit, comment pouvons-nous agir? Quelle est notre alternative?

Une experte en impacts paysagers des lignes à haute tension, Élaine Genest, en propose une. Selon les informations recueillies auprès de la municipalité, Mme Genest évalue qu’avec sa variante, il n’y aurait plus aucun secteur à St-Adolphe où les impacts seraient « majeurs ». Ceux-ci seraient « faibles ou nuls » presque partout, tandis qu’avec le tracé actuel d’Hydro-Québec, les résidents de neuf lacs subiraient des impacts « majeurs ».

En contrepartie, si la variante de Mme Genest étaient implantée, certains secteurs qui ne sont aucunement touchés par le tracé actuel d’Hydro-Québec connaîtraient plutôt des impacts qualifiés de « faibles à nuls ». Dans les médias, nous avons pu lire que cette perspective fait vivement réagir les résidents de deux secteurs, qui s’opposent donc à cette variante. L’Association du lac des Trois-Frères est de tout cœur avec ces résidents. Cela fait près de trois ans que nous canalisons notre opposition en contribuant de façon exhaustive à une recherche de solution honnête.

Dans la mesure où ce projet de ligne à 120 kV ne sera vraisemblablement pas soumis au BAPE, que la solution de M. Paquin n’est pas retenue par Hydro-Québec et que son PDG, M. Martel, est ouvert à considérer la variante Genest, pouvons-nous nous entendre entre nous, citoyens attachés à la beauté de nos paysages, à nos souvenirs, à notre patrimoine?

Afin de ressentir l’ampleur des impacts du tracé actuel d’Hydro-Québec, nous invitons les opposants à la variante de Mme Genest à venir au lac des Trois-Frères, tout au nord, là où la ligne sera le plus proche. Imaginez-y des pylônes visibles sur presque toute leur hauteur, puisque la ligne passerait sur un versant exposé, directement en face de nombreuses résidences. Imaginez ces pylônes, trois fois hauts comme les arbres, reliés par 12 câbles, avec un déboisement d’une largeur de 40 mètres. Vous comprendrez à quel point ce projet est une catastrophe pour nous, tout comme pour les résidents de huit autres lacs dont les impacts sont également évalués comme étant « majeurs ». Bien des gens échangeraient ces impacts « majeurs » contre des impacts « faibles à nuls ».

Ajoutons que la variante de Mme Genest amoindrit de façon importante les impacts visibles pour des milliers de personnes depuis le village, la 329 et le mont Avalanche.

Que pouvons-nous espérer maintenant ? Éviter le pire serait déjà un gain important. Malgré tout, nous continuerons à faire valoir que ce projet ne tient pas compte des caractéristiques de notre région et que nos paysages doivent être préservés.

Anne-Marie Bégin, PrésidenteAssociation du lac des Trois-Frères

Cliquez pour ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

[+] Plus dans Actualité

X