(Photo : Marie-Catherine Goudreau)

La conseillère Geneviève Dubuc démissionne : « Un climat malsain » au conseil de Saint-Sauveur

Par Marie-Catherine Goudreau

La conseillère municipale Geneviève Dubuc a donné sa démission lors de la séance du conseil municipal du 15 janvier dernier. « J’aimerais annoncer à tous que ce soir sera ma dernière séance du conseil municipal avec vous. Je tiens sincèrement à m’excuser à tous les citoyens qui ont voté pour moi. En réalité, je suis complètement lessivée par le climat politique actuel, qui est malsain pour moi », a témoigné la conseillère, les sanglots dans la voix.

« Je crois tout de même avoir apporté depuis deux ans des changements politiques sur notre territoire, comme la révision règlementaire complète en urbanisme, la préservation de grands espaces boisés hors du périmètre urbain, une personne qu’on a engagée pour les sentiers, le maintien d’un plus grand nombre d’arbres dans le périmètre urbain, la mise en place d’un comité consultatif de citoyens en environnement ainsi que plusieurs autres changements », a poursuivi Mme Dubuc.

« Pour rester en santé et pour mettre mon énergie vers des changements plus positifs pour moi, je donne donc ma démission en tant que conseillère municipale de Saint-Sauveur en date du 16 janvier », a-t-elle conclu lors de son allocution.

Déceptions 

Geneviève Dubuc avait annoncé qu’elle quittait le Parti Sauverois en avril 2023 afin de siéger comme conseillère indépendante. Elle avait alors mentionné qu’elle avait songé à quitter la politique.

Dans une lettre envoyée au Journal le mardi 16 janvier, Mme Dubuc explique que son « expérience municipale a été marquée par des déceptions et une énergie épuisée jusqu’à la démission, révélant une réalité plus sombre et complexe qu’il n’y paraît ».

« […] Les tensions internes qui se [sont créées] entre les membres du conseil municipal furent pour moi vraiment percutantes, surtout à partir de la fin de l’année 2022. […] C’est en avril 2023 que j’ai pris la grande décision de quitter mon parti politique […]. Cependant, le jour suivant ma décision, la Commission municipale du Québec m’a contactée afin de m’interroger sur diverses plaintes liées aux élus. À la suite de cette enquête confidentielle qui [a duré] plusieurs mois, je ressentais que les non-dits accumulés avaient encore alourdi les tensions politiques », écrit-elle.

Puis, en novembre 2023, Mme Dubuc a proposé six solutions aux élus pour que les échanges soient « plus constructifs et ouverts ». « Malheureusement, à mes yeux, aucun retour positif n’est survenu. »

Un système qui « n’est plus adapté »

Selon Geneviève Dubuc, le système municipal n’est plus adapté. Dans sa lettre, elle propose sept ajustements à effectuer. Elle propose notamment de créer des districts pour les villes de plus de 10 000 citoyens, de mettre en place une formation obligatoire pour tout citoyen voulant devenir un élu pour une première fois ainsi qu’une formation obligatoire pour les élus concernant les échanges entre eux.

Ensuite, Mme Dubuc croit qu’il serait aussi nécessaire d’améliorer la transparence des dossiers lors des conseils municipaux pour une meilleure compréhension des citoyens et de clarifier l’objectif et la teneur des rencontres préparatoires à huis clos avant le conseil. On devrait aussi définir légalement l’objectif et la composition des commissions et des comités, croit-elle.

Enfin, elle suggère d’implanter un système de soutien « plus direct et efficace » pour les élus, comme de l’aide psychologique externe et des médiateurs. « Ceci permettrait de résoudre plus rapidement des situations problématiques, dont différents types de harcèlement », écrit-elle.

Une « surprise » pour tous

Cette nouvelle a été une surprise autant pour les citoyens dans la salle du conseil que les élus. « C’est une surprise pour nous. On ne s’y en attendait pas, on ne savait pas. Merci pour les services que vous avez rendus. Je peux comprendre ce que vous vivez; ce n’est pas un climat facile. Il faut vivre avec et essayer de faire avec », a souligné le maire de Saint-Sauveur, Jacques Gariépy, ajoutant qu’il commenterait davantage le mois prochain.

« Je suis vraiment fière qu’une jeune femme de son âge se soit autant donnée, avec conviction et une belle attitude. Mais je trouve ça triste qu’il n’y ait désormais plus de jeunes sur l’équipe pour représenter les jeunes de Saint-Sauveur », a souligné pour sa part la conseillère municipale Marie-Josée Cossette. Cette dernière est également devenue indépendante à l’hiver 2023. 

Pour la suite, Mme Dubuc souhaite créer une « fiducie d’utilité sociale de conservation des milieux naturels sur le territoire de Saint-Sauveur ». « J’ai découvert une meilleure façon de mettre de l’avant une volonté citoyenne pour offrir un territoire dont nos jeunes générations seront fières », indique-t-elle dans sa lettre.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *