J’aurais toujours voulu être une femme

J’aurais toujours voulu être une femme
Journal Accès
Actualité

Christian Genest, collaboration spéciale

Je vous entends grommeler : pas un autre Bruce Jenner? Pas du tout! En fait, juste une petite semaine…

Quand Thomas, le manitou du journal, m’a parlé du spécial Hommes, j’ai tout de suite pensé à ce fantasme.

L’Autrichien Stefan Zweig y a pensé avant moi, dans un essai épistolaire et controversé de 1927.

Oubliez le cliché des gros seins, l’essai des jouets à batteries ou le fétichisme des sous-vêtements. Ce n’est même pas ça!

Non plus pour les soupers de bitcheries ou les marathons de magasinage.

Par contre, moi qui est fan fini de talons, je veux bien connaître comment sont vos pieds en fin de soirée arrosée, mesdames.

J’avoue candidement que j’aimerais expérimenter les orgasmes à répétition, passer du rêve à la réalité pour une courte semaine.

Mais aussi :

– Comprendre pourquoi il est capital de baisser la lunette de la toilette?

– Amadouer un policier alors que je serais pris en flagrant délit sur la route.

– Pouvoir cacher mes petits défauts avec cette pâte couleur peau, ou cette poudre que vous déposez, plumeau au visage.

– Pouvoir dire parfois que j’ai peur, simplement.

– Tenir des stats à savoir si les seins détournent réellement plus le regard que l’hommage à Rosa Luxembourg.

– M’habiller sexy à outrance à la boxe et mettre la pâtée aux gars; l’insulte suprême!

– Afficher une attitude de totale garce et décoder les gestes masculins grossiers.

– Comprendre enfin ce qu’est la sensibilité, voire même pleurer délicatement, en public.

– Devenir la reine de la manipulation en laissant planer l’espoir de la connexion charnelle.

– Faire les yeux doux et jouer du décolleté, accoté au bar du Marabou, afin de voir si en 2015 il y en a encore qui envoient des verres?

– Me réinventer garagiste, puissante femme d’affaires ou guitariste dans un band rock.

– Me vautrer dans le chocolat en croyant que tout va s’arranger.

– Sentir la brise sous ma jupe un de ces matins où le tiroir de sous-vêtement est vide.

– Expérimenter le feeling de la galanterie.

– M’habiller comme une carte de mode, parce que la mode féminine est tellement plus évoluée.

– Porter un collier extravagant sans avoir l’air d’un berger allemand ou pire d’un rappeur.

– Pouvoir coach-surfer facilement partout dans le monde!

– Crasher une manif de la gang de Free the Nipple.

– Demander à un homme s’il trouve que j’ai pris du poids.

– Me maquiller au feu rouge plutôt que de texter.

Vous saisissez maintenant les concepts de curiosité, d’interdit et de secret qui collent à ce fantasme?

En fait, je pense que ce serait un laboratoire formidable afin d’être le champion du monde des dames (comme dans le film avec Mel Gibson). Et à bien y penser, j’en suis convaincu!

D’ici là, si une de vous acceptait de tout, tout, tout me raconter?

Cliquez pour ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

[+] Plus dans Actualité

X