|

La Commission des biens culturels visite les Pays-d’en-Haut

Par Éric-Olivier Dallard

La MRC des Pays-d’en-Haut a été l’hôte tout récemment de la Commission des biens culturels du Québec qui s’est intéressée de près au patrimoine bâti de la région.

Le 23 octobre dernier, les membres de la Commission sont venus visiter le complexe industriel La Rolland de Sainte-Adèle ainsi que les bâtiments principaux du Domaine de l’Estérel situés à Sainte-Marguerite-du-Lac-Masson et Estérel. «Cette visite confirme qu’il y a un intérêt patrimonial pour ces deux ensembles bâtis» indique Charles Garnier, préfet de la MRC des Pays-d’en-Haut, très heureux de la venue de la Commission.

La Commission

Une fois par année, la Commission des biens culturels du Québec (CBCQ) effectue une tournée dans l’une des régions administratives de la province pour visiter des biens patrimoniaux classés (faisant l’objet d’une protection par voie réglementaire) et des sites d’intérêt patrimonial.

Créée en 1972, la CBCQ est un organisme consultatif formé de 12 membres nommés par décret du gouvernement du Québec et qui relève de la ministre de la Culture, des Communications et de la Condition féminine. Dans l’exercice de son mandat, la CBCQ fait des recommandations à la ministre sur toute question concernant la conservation des biens culturels visés dans la Loi sur les biens culturels ainsi que la gestion des archives privées et publiques visées dans la Loi sur les archives. La Commission a également un triple mandat: aviseur, conseiller et auditeur dans différents dossiers en matière de patrimoine.

Les lieux visités

L’ancienne papetière Rolland de Sainte-Adèle a été en fonction de 1902 à 1990. Sa construction est attribuable à une famille de francophones qui a connu un certain succès en affaires; situation plutôt rare au début du siècle dernier, particulièrement dans le domaine des pâtes et papiers. Le site constitue aujourd’hui le seul parc d’affaires de tout le territoire de la MRC des Pays-d’en-Haut. Il est administré par une corporation à but non lucratif.

Quant au Domaine de l’Estérel, il s’agit de l’un des premiers complexes de villégiature à l’architecture moderne en Amérique du Nord. En 1937 et 1938, l’industriel belge et baron, Louis Empain, faisait construire le domaine en bordure des lacs Masson, Dupuis et du Nord. L’établissement connut un vif mais bref succès, le baron délaissant son projet d’investissement au cours de la Deuxième Guerre mondiale. Les bâtiments principaux de cet ensemble sont l’hôtel de ville de Sainte-Marguerite-du-Lac-Mas-son, le Centre d’hébergement et de soins de longue durée (CHSLD) le Manoir de la Pointe bleue et le Centre de villégiature et de congrès l’Estérel.

La valeur patrimoniale des deux ensembles n’est pas reconnue officiellement par les autorités publiques (gouvernements fédéral, provincial ou municipal). Ainsi, aucun statut de protection n’est accordé aux sites ou aux bâtiments en vertu des lois en vigueur.

Engagements de la MRC

Dans sa Politique culturelle, la MRC s’engage à encourager les municipalités à établir une réglementation protégeant le patrimoine bâti. Selon M. Charles Garnier, préfet de la MRC des Pays-d’en-Haut, la visite de la CBCQ à la Rolland et au Domaine de l’Estérel constitue une activité de sensibilisation très pertinente.

Toujours dans sa Politique culturelle, la MRC s’engage également à favoriser la réutilisation des bâtiments à caractère patrimonial lorsque possible. M. Garnier, souligne que «le patrimoine bâti fait partie intégrante des éléments qui caractérisent le territoire des Pays-d’en-Haut et il est primordial d’aider les promoteurs de projets qui visent les mêmes objectifs que la MRC ».

Les gestes posés par la MRC des Pays-d’en-Haut en matière de protection et de mise en valeur du patrimoine bâti sont variés, parti- culièrement depuis son adhésion au réseau national Villes et villages d’art et de patrimoine, lui permettant d’obtenir une subvention pour embaucher une personne ressource en patrimoine. La réalisation d’un exercice de caractérisation de l’architecture résidentielle, la coordination du concours l’Expérience photographique du patrimoine et le support aux organismes désirant développer des projets patrimoniaux sont quelques exemples d’intervention de la MRC dans ce domaine.

NOUVELLES SUGGÉRÉES

0 Comments

Submit a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Ce site est protégé par reCAPTCHA et les politiques de confidentialité et conditions de service de Google s'appliquent.