«Le parti d’une seule idée, c’est le PQ!»

«Le parti d’une seule idée, c’est le PQ!»
Journal Accès
Actualité

Parti Vert

Devant une vingtaine de partisans venus l’entendre, le candidat Vert de Bertrand, Richard Savignac, en a profité pour décocher quelques flèches à l’endroit de ses adversaires immédiats, Claude Cousineau et Daniel Desjardins.

L’ex-président du parti Vert du Québec et ancien conseiller municipal de Sainte-Lucie poursuit sa lancée en politique active après avoir tenté de séduire l’électorat lors des élections fédérales de l’année dernière. «C’est dur de faire militer les gens, confie Richard Savignac, il faut agir comme locomotive, particulièrement dans notre parti, puisque les membres s’impliquent déjà beaucoup dans divers comités au niveau de l’environnement.»

Conscient de ne pouvoir élire de députés le 26 mars prochain, le parti a comblé malgré tout 116 des 125 comtés de la province et s’attend à trouver de nouveaux candidats d’ici à samedi, date butoir pour le dépôt des candidatures.

Voulant défendre la critique selon laquelle son parti n’aurait que l’environnement en tête, Richard Savignac a entamé son discours en déclarant: «Il n’y a qu’un parti qui n’ait qu’une seule idée et c’est le PQ. À la limite, ils nous mentent, a lancé le candidat vert. Les mots écologie et économie ont la même racine, rappelle M. Savignac. L’un s’attaque à la science de l’habitat, l’autre à sa gestion.»

Dénonçant l’obstination du parti Québécois à vouloir faire l’indépendance, l’aspirant député a déclaré: «Je suis pompier volontaire dans ma localité. Quand une maison brûle, on s’organise pour l’éteindre sans se demander à qui elle appartient. En ce moment, c’est toute la terre qui brûle et peu importe le cadre, fédéral ou provincial, il faut agir.»

Adversaires écorchés

Richard Savignac se fait sévère à l’endroit de ses adversaires, targuant Claude Cousineau de «bon attaché politique, sans plus», un homme «pro-motoneige, qui a voulu épargner les golfs quand il a travaillé sur les pesticides». Quand au candidat libéral Daniel Desjardins, il l’accuse de faire une campagne comme celle des Conservateurs. «Il va favoriser ses petits amis et va devenir un député d’arrière banc. La preuve, poursuit Richard Savignac, Daniel Desjardins s’est toujours prononcé en faveur des Wal-Mart et autres aberrations de la 117 quand il présidait la Chambre de commerce de Sainte-Agathe.»

Le candidat Vert a terminé son discours en rappelant que chaque vote en sa faveur permet de récolter 65 sous pour le parti. «Et les tiers partis ne divisent pas le vote, ils le font évoluer», a rappelé Richard Savignac.

Dans leur plate-forme, les Verts promettent entre autres de «contrer la déshumanisation des soins de santé en fournissant un médecin de famille à tous, espèrent réconcilier les intérêts écologiques et économiques, veulent assurer des emplois durables et valorisants, arrêter la destruction du patrimoine écologique et proposent une éducation accessible de qualité». Dans le dépliant distribué, le parti ne s’est toutefois pas arrêté à chiffrer le contenu de ces mesures.

Cliquez pour ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

[+] Plus dans Actualité

X