Madile Puijalon: De la musique avant toute chose…

Madile Puijalon: De la musique avant toute chose…
Martine Laval
Actualité

FEMME DU MOIS

En 2005, Madile Puijalon quitte son poste de professeure titulaire de piano à l’école nationale de France,  pour venir s’installer dans les Laurentides avec sa famille… Chargée d’un immense bagage musical à partager, la concertiste récipiendaire de prix internationaux qui enregistrait en tant que soliste pour Radio-France, ne tarde pas à recréer son monde ici-même. Un tel talent ne peut passer inaperçu.

 

Madile Puijalon est pianiste, concertiste, professeure de piano et…sculpteure. Dès 4 ans, ses petits doigts d’enfant jouent du piano. Dès 8 ans elle met ses menues «mains à la pâte » et sculpte. Interprétation musicale, création sculpturale, voici ce que l’avenir réserve à cette petite fille, née d’un papa architecte. Pour

Madile, la création se fait en trois dimensions, à travers la sculpture. Pour ce qui est de la musique, elle l’interprète. Celle qui la touche? La musique classique contemporaine. « En tant qu’interprète, on se doit de jouer la musique d’aujourd’hui qui est la musique de demain», exprime cette passionnée qui va chercher toutes les couleurs du son en faisant vibrer les notes sous ses doigts.

 

Boule de neige

Les passions de Madile Puijalon font boule de neige l’une après l’autre. Suite à la rencontre du président d’une grande entreprise française qui désire offrir en cadeau une petite sculpture représentant sa société, elle se retrouve à couler 175 bronzes. La nouvelle fait vite le tour des entreprises et elle se retrouve à «Créer pour promouvoir», nom qu’elle donne à sa passion mise en marché.  Quant à la boule de neige de la musique, elle commence à rouler lorsqu’arrivée au Québec et encore pianiste-concertiste inconnue ici, elle se retrouve après dix jours à devoir remplacer la pianiste d’un concert en vue. Suivent les concerts vin-musique du Bistro à Champlain de Sainte-Marguerite, le rôle d’accompagnatrice pour le Festival des jeunes musiciens et le Festival des harmonies et orchestre symphonique du Québec, et le titre important de professeure affiliée de l’École de musique Vincent d’Indy. Roule, roule la boule.

Son concours Amat’Art

Suite à sa première annonce dans le journal Accès en 2005, les élèves enfants et adultes défilent dans son studio. Parce que pour l’enseignante et la concertiste qu’elle est, il est important de se faire plaisir, de se surpasser, de se défier, de mener à bien les pièces qu’on joue, Madile Puijalon organise deux concerts par année pour ses élèves. Sur ces mêmes bases, voulant offrir plus largement la chance à tout amateur de musique à travers le Québec de vivre une telle expérience, elle crée le concours Amat’Art qui ouvre les portes à tous ceux et celles qui désirent vivre l’expérience de se produire devant public, dans l’intimité de sa petite salle de concert privée. Tous les ans depuis quatre ans, le Fazioli – piano italien fait main d’une sonorité exceptionnelle, prêt illimité d’un généreux mécène – vibre sous les doigts des amateurs qui reçoivent en bout de ligne, les commentaires et recommandations de deux juges experts en la matière et d’un prix l’encourageant à poursuivre la route de son art. Je mentionne le piano, mais tout instrument de musique est le bienvenu!

 

Une mission noble

Si peu d’artistes au fond de l’âme ont la chance de percer et de faire valoir leur talent sur scène, mais tant d’amateurs aimeraient vivre la sensation que procure le fait de jouer devant public. Ce concours convivial a permis à plus d’un musicien de poursuivre sa route en s’améliorant et de faire valoir ses progrès d’une année à l’autre en y revenant. Noble, est la mission que se donne cette grande artiste généreuse et passionnée de pédagogie musicale qu’est Madile Puijalon.

Pour plus d’infos sur Amat’Art:  www.amat-art.org.

 

 

Cliquez pour ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

[+] Plus dans Actualité

X