Perdue dans les Pays-d’en-Haut, retrouvée en Ontario!

Perdue dans les Pays-d’en-Haut, retrouvée en Ontario!
Thomas Gallenne
Actualité

SPCM sur la sellette

C’est arrivé le 13 mars. On était un mardi. «La veille, j’étais allée chercher la médaille d’enregistrement pour mon chien, raconte Nathalie Beaulieu, demeurant sur le rang Saint-Camille dans le secteur Bellefeuille à Saint-Jérôme. Mais j’attendais d’avoir un bon collier pour la lui attacher. Malheureusement Kiwe a fugué le lendemain matin.»

Kiwe est une femelle husky d’un an et demi, et partage le terrain de 62 acres de la famille Beaulieu-Valiquette avec 12 chevaux, et quelques animaux de la ferme. «Les chiens sont en liberté sur notre terrain quand on s’occupe des chevaux, poursuit Mme Beaulieu. Les chiens sont allés jouer dans le bois, mais Kiwe n’est pas rentrée. Après des recherches rapides, j’ai dû partir travailler et à mon retour le soir, elle n’était toujours pas là.»

Mme Beaulieu va faire le tour de ses voisins proches – lesquels n’ont pas vu le chien,  contacter la Patrouille G.L. basée à Saint-Jérôme ainsi que la SPCA Laurentides Labelle, et même poster des affiches à plusieurs lieues à la ronde. «C’est en voyant une de mes affiches, qu’une dame m’a suggéré de contacter le Service de protection canine des Monts (SPCM), explique Mme Beaulieu. Je suis allée sur leur site internet et leur ai envoyé un courriel, avec la photo et la description de mon chien, comme le précisaient les consignes dans la section chien perdu. On a fait notre premier envoi durant la fin de semaine et ensuite aux deux jours. La SPCA  m’a confirmé la réception de mon message, mais rien de la part de la SPCM. Puis on n’a plus eu de nouvelles.»

Un périple de 260 kilomètres

Dans toutes les démarches qu’aura entreprises Nathalie Beaulieu, celle d’avoir placé une annonce sur le site petluck.ca aura été décisive. «Il était 23h en ce lundi 2 avril quand le téléphone a sonné, raconte Mme Beaulieu. Une dame près de Brockville en Ontario nous annonce qu’elle avait Kiwe avec elle. On n’en croyait pas nos oreilles!» Iwona Sobieraj – la bonne samaritaine – venait de voir l’annonce de Mme Beaulieu sur le site de petluck.ca. Cette Ontarienne fait le tour des fourrières de l’ouest du Québec, pour sauver les chiens de l’euthanasie. Les animaux ainsi sauvés, sont vaccinés et offerts à l’adoption via son site I am alive dog rescue. «Elle a récupéré Kiwe le 24 mars au SPCM, précise Mme Beaulieu. Elle l’a sauvée d’une mort certaine puisque les animaux sont euthanasiés au bout de cinq jours. Elle nous a rapporté Kiwe dès le lendemain de son appel et elle ne m’a chargé que ce qu’il lui en avait coûté, soit les 60$ qu’elle a payé au SPCM, plus le vaccin.»

Ce fait divers est troublant car comment se fait-il qu’une personne de l’Ontario ait reconnu le chien de Nathalie Beaulieu et aucune du SPCM? Cette dernière a-t-elle rapporté son mécontentement à l’entreprise basée à Sainte-Adèle? «Non, car je souhaitais leur écrire et mettre quelques villes en copie. Et si j’ai pu récupérer mon chien, c’est avant tout grâce à la solidarité des gens et certainement pas grâce au SPCM. On recevait un ou deux appels par jour: ça veut quand même dire que mes affiches étaient claires et qu’on était facile à rejoindre!», lance au final Nathalie Beaulieu.

Au moment de mettre sous presse, le journal n’avait toujours pas réussi à parler de vive-voix aux responsables du SPCM.

Cliquez pour ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Thomas Gallenne

Directeur de l'information

[+] Plus dans Actualité

X