Le retour du train sur le parc linéaire?

73 % des usagers sont favorables à l’asphaltage et 62 % augmenteraient leur fréquence de sortie. PHOTO : Courtoisie
Le retour du train sur le parc linéaire?
Sandra Mathieu
Actualité

Alors que le Parti québécois annonce le retour potentiel d’un train (100 % électrique) sur le parc linéaire, les administrateurs de la corporation du parc linéaire Le P’tit Train du Nord ont accepté par résolution, à l’unanimité, le dépôt du plan d’investissement à court terme et somment les différents paliers de gouvernement de s’allier et de s’impliquer financièrement dans le projet à hauteur de 25 M $.

Les annonces budgétaires de la Route verte en avril dernier, issues du plan d’action découlant de la politique de mobilité durable 2030 qui prévoient l’injection de 100 M $ pour l’ensemble des infrastructures cyclables du Québec, sont, selon le conseil d’administration, insuffisantes pour les besoins d’une mise à niveau du P’tit Train du Nord, qui requiert à lui seul l’injection minimale de 25 M $.

« Une mise à niveau de l’infrastructure du P’tit Train du Nord est essentielle à court terme, c’est à dire au cours des trois prochaines années. Le montant d’environ 330 000 $ reçu du Gouvernement chaque année nous permet à peine l’entretien quotidien, déplore Jean-Sébastien Thibault, directeur général de la corporation. Par exemple, les travaux de réfection où a eu lieu le glissement de terrain à Piedmont coûteront l’équivalent du budget annuel global (les municipalités contribuent à égalité du montant octroyé par le ministère du Transport). »

Retombées importantes

Les estimations de passages sont supérieures à un million  depuis plusieurs années et celles-ci augmentent de 40 % lorsque la surface de roulement est asphaltée. Les retombées économiques sont évaluées à plusieurs millions de dollars et une mise à niveau du P’tit train du Nord contribuerait, selon les dernières études, à l’économie et l’essor de la région.

« Le Ministère du transport doit planifier certains investissements en regard aux responsabilités qui lui incombent selon le bail de 60 ans intervenu entre le gouvernement et les MRC de la Rivière-du-Nord, des Pays-d’en-Haut, des Laurentides et d’Antoine-Labelle, fait valoir M. Thibault. Le transport actif et l’écomobilité passent par l’adoption de nouveaux comportements et les infrastructures offertes doivent être mises à niveau pour répondre aux besoins actuels et futurs de la population. »

Relier le P’tit train du Nord à Montréal?

« Nous avons réfléchi, en collaboration avec Vélo Québec, aux conditions du succès du parc linéaire à court, moyen et long terme et, en plus de la mise à niveau des infrastructures, un autre projet est ressorti des discussions : relier le P’tit Train du Nord à Montréal, explique M. Thibault. Plusieurs municipalités appuient le projet et nous sommes en discussion avec Laval et Montréal. Il est impératif de s’ouvrir aux besoins des Montréalais. »

Selon le directeur, les retombées de ce projet « sans faille » sont évidentes : aider à désengorger l’autoroute 15 en facilitant le transport collectif.

Saviez-vous que?

Selon une étude chapeautée par Vélo Québec l’été dernier, 73 % des usagers sont favorables à l’asphaltage et 62 % augmenteraient leur fréquence de sortie.

La mise à niveau du P’tit Train du Nord apporterait une augmentation de l’achalandage de 40 %, faciliterait le transport actif, favoriserait la mobilité durable et les saines habitudes de vie, renforcerait le sentiment de sécurité, rendrait la piste plus accessible, permettrait de plus longues saisons, résisterait aux pluies diluviennes et favoriserait l’économie de la région.

 

La petite histoire

C’est en juin 1996 que le parc linéaire Le P’tit Train du Nord fut inauguré ! En août 2000, les quatre MRC ont créé une Corporation à but non lucratif (OBNL) chargée des opérations reliées au parc linéaire telles que l’entretien et la sécurité.

En 2002, la Corporation a reçu le mandat d’exploitation du parc linéaire des Basses-Laurentides et en 2003, celui du Corridor Aérobique (ancienne emprise ferroviaire du Canadien National abandonnée depuis 1962).

Depuis leur création, ces infrastructures régionales gagnent en popularité.

Annuellement, plus d’un million d’usagers admirent le patrimoine bâti et les paysages naturels magnifiques composés de forêts, de milieux humides, de rivières et de lacs.

Le P’tit Train du Nord, 232 km entre Bois-des-Filion et Mont-Laurier, est devenu un levier et un axe de développement économique de premier plan.

Il contribue également à l’essor touristique, culturel et communautaire de la grande région des Laurentides.

Ce moyen de transport actif, sportif et social favorise l’amélioration de l’état de santé des usagers, et ce, durant les quatre saisons.

Les estimations de passages sont supérieures à 1 M $ depuis plusieurs années. PHOTO : Courtoisie

Cliquez pour ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sandra Mathieu

Journaliste indépendante   Curieuse, passionnée et hyperactive, j’ai fait de la planète mon terrain de jeu et j’ai choisi les Laurentides comme pied à terre! Je multiplie les voyages, les aventures et les découvertes ici et ailleurs. J’aime ratisser les recoins de notre belle région. Je partage mes rencontres et les réponses à mes innombrables questions en mots et en images pour informer, inspirer et faire réfléchir. Détentrice d'un certificat en journalisme, d'une majeure en communications et d'une licence en management touristique, je cumule plus de 20 ans d'expérience dans les domaines des communications, du tourisme, de la gestion culturelle et de l'événementiel. Je collabore à Accès depuis près de trois ans.

[+] Plus dans Actualité

  • La demois’aile dévoile ses blogueuses

    École A.-N.-Morin Les 20 blogueuses sélectionnées pour le projet La deMOIs’aile à l’école A.-N.-Morin de Sainte-Adèle étaient...

  • Seconde vie

    Entretien avec Dominique Forget – Recyclerie des Matériaux Chronique affaires et économie «Un lieu sympa où acheter...

  • fin de vie : Le Grand Passage

    Et si la mort n’était pas une fin mais une continuation de la vie sous une autre...

  • Val-David : Grande marche pour le climat

    Au moment même où une grande marche aura lieu à Montréal, le samedi 10 novembre, une marche...

X