pub de recyclage
(Photo : Archives)
Michèle Lalonde, mairesse de Sainte-Adèle.
|

Sainte-Adèle: Un surplus de 4,3 M$ en 2021

Par Simon Cordeau

La Ville de Sainte-Adèle a terminé l’année 2021 avec un surplus de 4 273 804 $. C’est la deuxième année consécutive que la Ville enregistre un excédent. La mairesse, Michèle Lalonde, s’en est réjouie lors du conseil municipal de lundi, 20 juin.

« Une fois de plus, la Ville présente un rapport financier positif qui reflète une saine gestion et un contrôle rigoureux des dépenses, malgré le contexte particulier et contraignant occasionné par la COVID-19 », a déclaré Mme Lalonde.

Les droits de mutation, qui se chiffrent à plus de 4 M$, représentent encore une large part des revenus. La Ville a aussi bénéficié d’une subvention gouverne-mentale afin de couvrir les dépenses entraînées par la pandémie. De plus, des économies substantielles ont été faites sur les factures de déneigement, de soufflage et d’achat de matières abrasives, grâce à l’hiver plus clément. Par ailleurs, l’annulation d’évènements culturels en raison de la pandémie a aussi permis des économies, mentionne-t-on.

Fonds de roulement et investissements

La Ville prévoit affecter une partie du surplus à son fonds de roulement. Cela lui permettra de financer elle-même certains investissements plutôt que de recourir à des prêts.

Le lac Rond, à Sainte-Adèle.

Le lac Rond, à Sainte-Adèle.

L’objectif est de limiter la dette déjà impo-sante de Sainte-Adèle et ses intérêts. La dette à long terme de Sainte-Adèle s’élevait à 47,4 M$ en 2021, soit environ 1 M$ de moins qu’en 2020. La Ville a payé environ 1 M$ en frais de financement.

Lors du conseil, la mairesse a aussi évoqué l’idée de créer un fonds de logement. Celui-ci aiderait les organismes à but non-lucratif qui souhaitent bâtir des logements abordables dans leur financement. La même chose pourrait être faite pour les garderies, a suggéré Mme Lalonde, afin d’aider ceux qui veulent démarrer un service de garde ou ajouter des places.

La Ville poursuit également ses investissements importants dans les infrastructures municipales, dont la réfection du réseau d’égout et d’aqueduc des rues Saint-Georges et de la Rivière, ainsi que la phase II du développement du Parc du Mont Loup-Garou.

Notons aussi que le coût des assurances a triplé en deux ans.

Autres faits saillants

Mme Lalonde a remercié les employés municipaux pour leur professionnalisme et leur résilience lors de la tempête du 21 mai. « Il y a même des gens qui sont revenus de vacances pour prêter main-forte », a-t-elle souligné.

Mme Lalonde tiendra un café-causerie de la mairesse samedi 25 juin, de 9h30 à 11h30, dans la salle du conseil. Du café et des viennoiseries seront offerts. Les citoyens sont invités à venir discuter avec la mairesse de leurs idées et de leurs pré-occupations.

Quatre contrats pour les travaux de déneigement et d’épandage d’abrasifs ont été accordés. Simon Filiatreault, directeur général de la Ville, a indiqué que les prix avaient augmenté d’environ 20 %. Cela est principalement dû à l’augmentation du prix du carburant. C’est pourquoi les contrats sont désormais accordés pour une année seulement, afin de réévaluer les coûts périodiquement.

Les dépenses occasionnées par le derecho du 21 mai s’élèvent présentement à 170 000 $. M. Filiatreault prévoit qu’un autre 100 000 $ pourrait s’ajouter d’ici à ce que
les travaux nécessaires soient complétés.

NOUVELLES SUGGÉRÉES

0 Comments

Submit a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Ce site est protégé par reCAPTCHA et les politiques de confidentialité et conditions de service de Google s'appliquent.