Salutation au soleil

Salutation au soleil
Journal Accès
Actualité

Pour les quelques milliers de maisons qui se construisent dans les Laurentides, j’aimerais apporter une petite contribution sur l’art et la manière de poser les principes du plan intérieur de la vôtre, celle que vous allez construire maintenant ou un de ces jours.

Quel est le fait générateur principal du plan de la maison? Le soleil, la lumière. Principalement.

Et ce soleil qu’on doit suivre, avec lequel on doit composer, le chercher comme s’en défier, il faut le vivre avec les conditions physiques de votre terrain, qui très souvent sont des contraintes: accès, pente, couvert végétal, vents dominants. Le plan d’urbanisme et la règlementation qui en découle sont la plupart du temps coupés du produit architectural final, en ce sens qu’ils ne tiennent compte QUE des routes et des accès sans se préoccuper de ce que sera au bout du compte l’implantation de la maison par rapport aux éléments, dont le soleil et les vents dominants. Pour ce qui concerne les vents, évacuons le problème immédiatement en disant que nous devons nous prémunir des vents du nord, qui sont évidemment les plus générateurs de fraîcheur. Donc, sans préjuger du reste, disons que nous devrons éviter le plus possible les fenêtres situées au nord.

La maison unifamiliale grosso modo est composée de deux types d’espaces. Les pièces de vie: cuisine, salle à dîner, chambres et autres salles de séjour, et les pièces de service telles qu’entrée, toilettes, buanderie, garage, placards, rangements et autres offices. Posons comme principe de base que les pièces de service devront idéalement être placées en tampon entre le froid du nord et les pièces de vie.

Quelque soit l’accès de votre terrain, il faut tenter le plus possible de diriger cet accès vers le nord, afin d’éviter de «manger» la portion de façade ensoleillée dont les pièces de vie ont besoin. C’est ainsi que le hall d’entrée, l’entrée elle-même, le vestiaire et sa toilette (powder room, ou salle de poudrage, j’aime assez l’appellation anglaise) seraient judicieusement placés sur la frange nord de la maison. Comme le garage, si celui-ci ne peut être enterré. De sorte de constituer un vrai matelas isolant entre le froid vent du nord et les pièces de vie. Je profite de ce passage par le vestiaire, pour ajouter que celui-ci devrait être vraiment surdimensionné, assez pour permettre à trois individus emmitouflés dans des doudounes, et chaussés de bottes de se dévêtir sans se filer des torgnoles.

Ensuite, les pièces de vie devraient se dérouler de la façon suivante:

La cuisine à l’est, avec ses ouvertures franchement face au soleil levant. Pour un déjeuner lumineux.

La salle de bains principale aussi devra être à l’est.

La salle à dîner, si c’est celle qui est contigüe à la cuisine pourra être en coin, sur l’est et le sud. Une de ses ouvertures pourrait être une porte patio, donnant sur une terrasse.

Le salon, living-room, s’il est assez grand, devrait pouvoir s’étaler au sud et à l’Ouest, de sorte à faire profiter du soleil couchant.

Les chambres à coucher, je suggèrerai que celle des maîtres donne sur l’est, le levant, et celle des petits sur l’ouest. En effet, nous sommes les adultes dans nos chambres la nuit, alors que les enfants s’y trouvent plus en fin de journée.

Pour les autres espaces, le bureau, le den (je n’ai jamais trouvé d’équivalent en français pour cet espace à la fonction universelle de salle de renvoi-où-on-aime-bien-s’envoyer-un-scotch-avec-des-chums, ou boudoir, je ne sais quoi encore), ils seront répartis en fonction de l’humeur des propriétaires, mais je les vois plus comme espaces nocturnes, à l’abri de la lumière directe du soleil.

Il est donc clair que les pièces de vie de la maison, c’est-à-dire celles dans lesquelles nous séjournons, suivent le parcours du soleil. Les autres servent à nous isoler du froid. Cette géographie de la maison nous relie au cosmos, ce que je trouve réconfortant et nous situe bien dans l’univers. Un petit mot, avant de finir sur les terrasses, qui sont au contact direct du soleil. Afin de profiter et nous protéger à la fois du soleil, votre architecte concepteur devra utiliser les abaques appropriées de sorte à permettre l’hiver une pénétration maximale des rayons solaires, tout en évitant l’été de se faire griller. Cela veut dire que l’avant toit ou toute autre protection, devra être en avancée d’environ deux à trois mètres, selon leur hauteur.

Respecter ces principes sommaires vous permettront de vivre pleinement dans votre maison, profiter de chaque pièce de manière optimale, et pour peu que les matériaux utilisés en plancher soient lourds et consistants, vous ferez encore plus d’économies d’énergie.

Cliquez pour ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

[+] Plus dans Actualité

  • La demois’aile dévoile ses blogueuses

    École A.-N.-Morin Les 20 blogueuses sélectionnées pour le projet La deMOIs’aile à l’école A.-N.-Morin de Sainte-Adèle étaient...

  • Seconde vie

    Entretien avec Dominique Forget – Recyclerie des Matériaux Chronique affaires et économie «Un lieu sympa où acheter...

  • fin de vie : Le Grand Passage

    Et si la mort n’était pas une fin mais une continuation de la vie sous une autre...

  • Val-David : Grande marche pour le climat

    Au moment même où une grande marche aura lieu à Montréal, le samedi 10 novembre, une marche...

X