Stationnements payants reportés…

Stationnements payants reportés…
Thomas Gallenne
Actualité

CSSS des Pays-d’en-Haut

La mise en application de la tarification des stationnements des points de service du CSSS des Pays-d’en-Haut, de Piedmont, Sainte-Adèle et Saint-Sauveur est reportée à une date ultérieure. Cette décision fait suite à celles prises par les villes de Sainte-Adèle et Saint-Sauveur de bloquer tout stationnement payant de surface sur leur territoire en adoptant de nouveaux règlements.

«Pour des raisons hors de son contrôle, il s’avère présentement impossible pour l’établissement d’aller de l’avant dès le 10 mars, date initialement annoncée, peut-on lire dans un communiqué officiel. En effet, des municipalités ont entamé certaines procédures visant à empêcher des stationnements payants de s’installer sur leur territoire. Dans un souci de ne pas contrevenir à la Loi, des vérifications doivent donc être effectuées par l’établissement avant de procéder.» La Ville de Saint-Sauveur a adopté lors de sa dernière séance du conseil, un règlement venant bloquer d’éventuels projets de stationnements payants. Et le CSSS a reçu un avis de gel de la Ville de Sainte-Adèle, celle-ci ayant déposé un avis de motion en vue d’amender son règlement sur les stationnements payants, comme l’a fait Saint-Sauveur.

Le CSSS dit demeurer toutefois «convaincu de la nécessité d’aller de l’avant dans ce projet». Hugo Morissette, conseiller aux communications au CSSS des Pays-d’en-Haut rappelle que l’établissement investit environ 43 000$ par année pour l’entretien de ses stationnements de Sainte-Adèle, Piedmont et Saint-Sauveur, de l’argent qu’il souhaite dédier aux soins et services à la population. Ces frais ne devraient-ils pas être couverts ou inclus dans le budget global du CSSS? «Je vous invite à questionner le ministère de la Santé», répond M. Morissette, faisant référence à la circulaire ministérielle datant du 27 mars 2007, qui préconise un autofinancement des activités accessoires telles que les stationnements.

Le tarif prévu pour l’utilisation des stationnements est de 2$ de l’heure, et d’un maximum de 4$ par jour. «Des vignettes avaient été distribuées aux employés et aux familles des bénéficiaires, ajoute Hugo Morissette, précisant que le tarif est de 75 cents par jour pour les premiers, et gratuit pour les seconds qui peuvent obtenir jusqu’à deux vignettes.

Face à ce barrage de la part des municipalités, pourquoi le CSSS n’a-t-il pas travaillé de concert avec les villes pour trouver des solutions satisfaisantes pour tous avant d’aller de l’avant avec son projet? «On a pris notre décision en fonction de notre partenariat avec la communauté», s’est cantonné à répondre M. Morissette, visiblement mal à l’aise. «Depuis 2009, je ne me suis jamais assis avec le CA du CSSS. On l’a su par la bande», de répondre le maire de Sainte-Adèle, Réjean Charbonneau. «Le CSSS des Pays-d’en-Haut remercie la population et les partenaires de la communauté pour leur compréhension et assure que tout est mis en œuvre afin que l’application de la tarification sur le stationnement se fasse dans le respect de tous et au moment approprié», conclut le communiqué.

 

Cliquez pour ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Thomas Gallenne

Directeur de l'information

[+] Plus dans Actualité

  • La demois’aile dévoile ses blogueuses

    École A.-N.-Morin Les 20 blogueuses sélectionnées pour le projet La deMOIs’aile à l’école A.-N.-Morin de Sainte-Adèle étaient...

  • Seconde vie

    Entretien avec Dominique Forget – Recyclerie des Matériaux Chronique affaires et économie «Un lieu sympa où acheter...

  • fin de vie : Le Grand Passage

    Et si la mort n’était pas une fin mais une continuation de la vie sous une autre...

  • Val-David : Grande marche pour le climat

    Au moment même où une grande marche aura lieu à Montréal, le samedi 10 novembre, une marche...

X