Trophée Roses des Sables

Trophée Roses des Sables
Journal Accès
Actualité

Une Piedmontaise vient en aide aux enfants du désert

Certaines femmes participent au rallye Trophée Roses des Sables pour le goût de l’aventure, du dépassement de soi, du défi. D’autres ajoutent l’aspect humanitaire dans les raisons qui les mèneront dans le désert marocain du 11 au 21 octobre prochain.

C’est le cas de Marie-Hélène Michaud, de Piedmont, qui, dès son inscription à cet événement d’envergure, en juin 2011, a décidé de parrainer deux sœurs, Nafsa et Fadwa

Bensaissi. «Sans une aide financière, elles ne pourraient pas aller à l’école», explique la mère de quatre enfants âgés de 14 à 22 ans. Mme Michaud veut aider les deux jeunes Marocaines jusqu’à leur majorité à 18 ans et peut-être plus si elles continuent leurs études.

Son amie et co-pilote, Louise Thibault, parrainera aussi ces enfants du désert.

La résidente de Piedmont n’en est pas à ses premiers pas dans l’implication humanitaire. En 2009, elle a mis sur pied un triathlon à Blainville pour la fondation Mères-Enfants du Monde qui vise à faire renaître l’espoir et le rêve dans le regard des enfants et des mères en difficulté.  

Le Sablier du Lys est plus que leur nom d’équipe. C’est le nom d’une fondation où les gens peuvent donner généreusement en se rendant sur le blogue des deux aventureuses au lesablierdulys.trophee-roses-des-sables.org

 

«Ce sera difficile physiquement et mentalement»

Marie-Hélène Michaud sait que le rallye sera ardu. Elle et 140 Québécoises devront rouler à bord d’un 4X4 en s’orientant dans le désert et en franchissant des dunes durant plus d’une semaine. La notion de vitesse n’est pas retenue. «Ce sera difficile physiquement et mentalement», dit la gestionnaire de 47 ans qui s’est beaucoup entraînée lors de la dernière année.

Toutefois, la pilote a sans doute un avantage sur plusieurs femmes: elle a beaucoup voyagé et n’a pas peur de l’imprévue. «C’est moi la géo de la gang. J’organise toujours des activités». Toutefois, Mme Michaud ajoute un bémol: «On ne sait jamais ce qui peut arriver rendu là-bas».

En plus de s’être pratiquées sur le circuit Mécaglisse à Notre-Dame-de-la-Merci, les deux copines ont reçu un cours en mécanique 101 d’un ami au cas où il y aurait un bris.

 

Une cause qui attire la sympathie

Pour réaliser ce périple en Afrique, son équipe a dû amasser 28 000 $ lors de différentes activités-bénéfices. Pour ce faire, elles ont, entre autres, organisé un tournoi de poker, fait de l’emballage dans des commerces et vendu du chocolat et des bracelets. Mme Michaud a aussi profité d’une belle visibilité lors de l’émission «Le tricheur» à TVA dont l’animateur Guy

Jodoin est son conjoint. «Les gens ont été très généreux et réceptifs à notre cause», dit-elle.

Après toutes les dépenses du voyage, le reste de l’argent ira aux deux sœurs parrainées par Le Sablier du Lys.

À quelques jours du grand départ, le 7 octobre, Mme Michaud, qui se dit fébrile, termine les derniers préparatifs. «J’ai fait des valises que je ne pensais jamais faire de ma vie. J’ai amené des pelles, du Duck Tape, des outils, des tie wraps. Et dans une autre valise, j’ai amené des talons hauts!»

Cliquez pour ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

[+] Plus dans Actualité

  • La demois’aile dévoile ses blogueuses

    École A.-N.-Morin Les 20 blogueuses sélectionnées pour le projet La deMOIs’aile à l’école A.-N.-Morin de Sainte-Adèle étaient...

  • Seconde vie

    Entretien avec Dominique Forget – Recyclerie des Matériaux Chronique affaires et économie «Un lieu sympa où acheter...

  • fin de vie : Le Grand Passage

    Et si la mort n’était pas une fin mais une continuation de la vie sous une autre...

  • Val-David : Grande marche pour le climat

    Au moment même où une grande marche aura lieu à Montréal, le samedi 10 novembre, une marche...

X