Un sentier d’art dans «la merveille» du bois de Belle-Rivière

Un sentier d’art dans «la merveille» du bois de Belle-Rivière
Journal Accès
Actualité

Un sentier d’art dans «la merveille» du bois de Belle-Rivière

Suzanne Laurin, géographe, mécène du Sentier Art

Originaire de Saint-Benoît de Mirabel, je suis revenue vivre dans la région des Laurentides il y a quatre ans. Je lis avec intérêt les journaux

régionaux et l’édition du 6 juin 2012 du journal Accès a retenu mon

attention. Ce journal a eu l’heureuse idée de lancer un appel à la

population pour trouver les 11 merveilles des Laurentides. «Quels lieux, quels monuments, quelles infrastructures naturelles, touristiques, sportives, culturelles ou architecturales méritent de figurer dans le Top 11 de la région?» demande-t-on.

Suzanne Laurin, géographe, mécène du Sentier Art

Quel est donc le joyau de Mirabel? Selon le «choix du maire», c’est le Parc régional du bois de Belle-Rivière. Ce n’est certes pas ce choix que je questionne, ce parc étant en effet un lieu magnifique, très rassembleur. Mon étonnement vient plutôt d’une omission fréquente dans la description de ce qui fait l’intérêt de ce parc. Ce n’est pas la première fois que je note ce silence des élus sur le Sentier Art, dans la Prucheraie, un lieu culturel par excellence à Mirabel. Pourquoi les élus de Mirabel oublient-ils cet espace de culture qui appartient à la Ville, un site reconnu internationalement? Voilà qui constitue à mes yeux une véritable énigme.

 

Depuis 2007, l’artiste Suzanne Ferland s’est associée au Parc régional du Bois de Belle-Rivière et au Musée d’art contemporain des Laurentides pour créer chaque année un événement d’art environnemental. Au mois d’août, les promeneurs peuvent rencontrer des artistes d’ici et d’ailleurs, et même travailler avec eux à la réalisation de leur œuvre. Tout au long de l’année, le visiteur qui emprunte ce sentier piétonnier découvre au passage treize sculptures (à ce jour) qui l’invitent à se percevoir comme un être de nature et de culture. On peut aimer ou pas, comprendre ou pas, mais personne ne reste indifférent à l’expérience.

La Ville ne devrait-elle pas profiter de toutes les occasions pour souligner avec fierté cette réalisation originale, rendue possible parce que le parc existe? Sentier Art a permis à Stéphane Michaud, directeur général du parc, de se mériter le prix Art affaires 2010 des Grands Prix de la culture des Laurentides. L’édition 2012 de l’événement a été rendue possible grâce à une généreuse contribution du centre aéronautique de

Mirabel Pratt & Whitney. C’est le parc lui-même, propriété de la Ville, qui bénéficie des retombées de cette subvention. Voilà qu’à Mirabel, l’aéronautique s’associe aux arts dans ce lieu rassembleur qu’est le bois de Belle-Rivière. Cela ne contribue-t-il pas à faire changer l’image de cette ville, un rêve des élus et des décideurs? Parmi les nombreux touristes d’affaires qui fréquenteront bientôt le Centre des congrès dans la zone aéroportuaire, il y aura certainement des collectionneurs et des amateurs d’art. Voilà une visite susceptible de les intéresser. Une étude sur les Retombées économiques de la culture dans la région des Laurentides en 2010 illustre combien l’investissement en culture contribue à augmenter la richesse collective et se traduit par des retombées économiques. Mirabel a quelque chose à proposer, de calibre international. Indéniablement, c’est un gros morceau du joyau de Mirabel.

 

Monsieur le maire de Mirabel, messieurs les conseillers municipaux, la prochaine fois que vous parlerez du Parc régional du bois de Belle-Rivière, cette merveille de Mirabel, prenez la peine de témoigner de votre fierté à l’égard du Sentier Art. C’est à vous, c’est à nous.

 

 

Cliquez pour ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

[+] Plus dans Actualité

  • La demois’aile dévoile ses blogueuses

    École A.-N.-Morin Les 20 blogueuses sélectionnées pour le projet La deMOIs’aile à l’école A.-N.-Morin de Sainte-Adèle étaient...

  • Seconde vie

    Entretien avec Dominique Forget – Recyclerie des Matériaux Chronique affaires et économie «Un lieu sympa où acheter...

  • fin de vie : Le Grand Passage

    Et si la mort n’était pas une fin mais une continuation de la vie sous une autre...

  • Val-David : Grande marche pour le climat

    Au moment même où une grande marche aura lieu à Montréal, le samedi 10 novembre, une marche...

X